VDL_RAPPORT_ANALYTIQUE_08_2021_17_12

DE SÉANCE DU VENDREDI 17 DÉCEMBRE 2021 FR 736 Monsieur Guy FOETZ (déi Lénk) : L’adaptation ponctuelle n’aura pas d’effet sur la surface brute maximale de construction. Il y aura moins de commerces et plus de logements. La densité de logements passera de 65 à 95 logements par hectare. La taille moyenne des logements sera plus petite. Au total, l’adaptation ponctuelle permettra de créer 256 logements supplémentaires. Ainsi, le nombre de logements passera de 554 à 810. On peut se demander si l’adaptation ponctuelle est à l’avantage du promoteur immobilier. Mais cela ne sera probablement pas vérifiable. Le groupe déi Lénk soutiendra l’adaptation ponctuelle. En ce qui concerne la mobilité, le problème sera que les habitants quitteront presque tous leur domicile en même temps le matin et rentreront également à peu près à la même heure le soir. Étant donné que la route à Rollingergrund et Mühlenbach n’est pas très large, il est indispensable de proposer des solutions de mobilité. Il est symptomatique que les terrains qui sont en possession du promoteur privé soient les premiers à être construits. Sur les terrains appartenant à la Ville, rien ne bouge. Pourquoi en est-il ainsi ? Madame le bourgmestre Lydie POLFER : Il s’agit d’une adaptation du PAG et non du PAP. L’objectif de cette adaptation ponctuelle est de pouvoir créer davantage de logements. L’idée d’un ascenseur est intéressante. Si un tel projet devait voir le jour, l’ascenseur devrait être construit sur un terrain appartenant à la Ville. Du côté Limpertsberg, l’ascenseur déboucherait dans la zone des jardins collectifs. Comme pour le projet d’ascenseur du Pfaffenthal, des études préalables devraient être menées. Cela prendra du temps. Monsieur l’échevin Serge WILMES : Il convient de rappeler que l’idée d’un ascenseur Rollingergrund-Limpertsberg est venue du Syndicat d’intérêts locaux Limpertsberg. Lors d’une entrevue avec le collège échevinal, le syndicat d’intérêts locaux a expliqué cette idée plus en détail. Nous avons salué l’idée, mais comme l’a souligné à juste titre Madame le bourgmestre Polfer, de nombreuses étapes doivent encore être franchies avant la réalisation d’un tel projet. Le collège échevinal a demandé aux services compétents - sous la houlette du Service Urbanisme - de procéder à une première analyse de faisabilité. L’ascenseur serait un projet important en termes de mobilité douce, non seulement pour le nouveau quartier d’habitation, mais aussi pour les quartiers avoisinants. Une certaine densité de commerces et de services est nécessaire dans ce contexte. Monsieur l’échevin Patrick GOLDSCHMIDT : Tout projet d’urbanisme implique que le domaine de la mobilité soit également pris en compte dans la planification. Notre service de transport s’est attelé à cette tâche. L’idée initiale était celle d’une piste cyclable qui traverserait le nouveau quartier d’habitation. Actuellement, la faisabilité d’une piste cyclable dans la rue de Mühlenbach est analysée par le Service Circulation en collaboration avec l’Administration des ponts et chaussées. Les résultats de cette analyse seront présentés au collège échevinal. Je peux vous assurer que la mobilité - transports individuels, piétons, cyclistes, transports publics - sera un thème prioritaire dans le cadre du projet. La modification ponctuelle du PAG - PAP NQ «Faïencerie (RO-05)» («Villeroy&Boch») - est approuvée à l’unanimité. 2) Modification ponctuelle du PAG concernant le PAP «Place de l’Étoile» Le conseil communal est appelé à approuver une modification ponctuelle de la partie écrite et graphique du PAG concernant des terrains (2,80 hectares) situés place de l’Étoile. Les modifications ponctuelles ont été élaborées parallèlement au PAP NQ «Place de l’Étoile». Concernant la partie graphique du PAG, il est proposé de : –– modifier les limites du PAP NQ –– modifier les coefficients de la représentation schématique du degré d’utilisation du sol –– donner une nouvelle dénomination au PAP NQ, le PAP NQ - SD : [BE-10] –– reclasser une partie de la «zone mixte urbaine centrale [MIX-c] » en «zone mixte urbaine [MIX-u] » –– reclasser une partie du domaine public en «zone mixte urbaine [MIX-u] » –– superposer une «zone de servitude ‘urbanisation - zone multimodale’ » –– superposer une «zone de servitude ‘urbanisation – tunnel’ » –– supprimer l’indication des PAP approuvés à maintenir [BE-09b] et [BE-09c] –– modifier les limites des PAP approuvés à maintenir [BE-09] et [BE-09a]. La légende du plan du PAG « indications complémentaires» est complétée par les superpositions «Habitats d’espèces protégés Art. 17» et «Sites de reproduction et aires de repos d’espèces intégralement protégées Art. 21» («Structures et surfaces soumises aux dispositions de l’article 17 et/ou de l’article 21 de la loi modifiée du 18 juillet 2018 concernant la protection de la nature et des ressources naturelles»). Dans la partie écrite du PAG, les articles suivants sont modifiés : –– Article 5 – «Zone mixte urbaine [MIX-u] », pour corriger une erreur qui s’est glissée ; –– Article 23 – «Zone soumise à l’élaboration d’un plan d’aménagement particulier «nouveau quartier «» ; –– Article 24 – «Plans d’aménagement particuliers approuvés» ; –– Article 27 – «Zone de servitude «urbanisation»». En ce qui concerne l’impact éventuel de ces modifications ponctuelles sur la protection de la nature et des ressources naturelles, le Service Urbanisme a mandaté le bureau d’études «Oeko-Bureau» de réaliser une évaluation des incidences sur l’environnement pour le site concerné. Cette évaluation a été transmise pour avis à Madame la Ministre de l’Environnement, du Climat et du Développement durable. En date du 28 juin 2021, Madame la Ministre de l’Environnement, du Climat et du Développement durable a répondu qu’une analyse plus approfondie dans le cadre d’un rapport sur les incidences environnementales n’est pas requise. Monsieur François BENOY (déi gréng) : En ce qui concerne la mobilité et l’aménagement de l’espace public, le projet s’est amélioré. Monsieur Tom KRIEPS (LSAP) : Il semble que les modifications ponctuelles deviennent la norme, c.-à-d. qu’à chaque fois que quelqu’un n’est pas d’accord avec quelque chose, des modifications ponctuelles sont demandées. On peut se demander si cela est souhaitable. Dans le cas de la présente modification, on peut partir du principe qu’elle est dans l’intérêt de la politique du logement. Néanmoins, comme cela a été souligné en commission, certains bâtiments pourraient

RkJQdWJsaXNoZXIy NTkwNjU=