VDL_RAPPORT_ANALYTIQUE_08_2021_17_12

735 FR SÉANCE DU VENDREDI 17 DÉCEMBRE 2021 Madame Christa BRÖMMEL (déi gréng) : Les études requises dans le cadre du projet de construction de logements mentionné par Madame le bourgmestre Polfer sont légitimes. Il est faux de dire que ce soient les études environnementales à réaliser qui freinent la mise en œuvre du projet. Nous vivons dans un État de droit. Si des études n’ont pas été réalisées, les citoyens ont le droit de les réclamer. Quel est l’intérêt de ne pas réaliser d’études si nous devons ensuite supporter des retards parce que des citoyens portent plainte devant les tribunaux ? Il faut en outre procéder à une adaptation ponctuelle du PAG, afin que nous puissions construire non seulement des maisons individuelles, mais aussi des résidences. Nous ne devons pas opposer l’environnement et le logement. Madame le bourgmestre Lydie POLFER : Madame la conseillère Brömmel a raison, et je n’ai pas dit le contraire. Oui, les études sont imposées par la loi et doivent être réalisées. Cependant, il est regrettable que ces procédures soient si terriblement longues, car un permis de construire ne peut être délivré que lorsque toutes les conditions légales sont remplies. Le problème n’est pas l’argent, mais la longueur interminable des procédures. Une révision de ces procédures s’impose donc. Monsieur Guy FOETZ (déi Lénk) : Nous demandons un relevé de ce qui a été financé avec les 172 millions d’euros. La logique du Pacte Logement 2.0 est différente de celle du Pacte Logement 1.0 dans la mesure où le financement de logements est désormais déterminant, alors qu’auparavant, des subventions étaient prévues pour les infrastructures publiques. Madame le bourgmestre Lydie POLFER : Un tel relevé est joint chaque année aux documents budgétaires. Il vous sera envoyé immédiatement. Monsieur Guy FOETZ (déi Lénk) : Peut-être que le calcul est tout autre, car les «aides à la pierre» sont maintenues. Il ne faut pas faire un calcul simpliste en comparant des pommes et des poires. Monsieur l’échevin Laurent MOSAR : La discussion d’aujourd’hui permet à tous les intervenants d’exposer une nouvelle fois leur point de vue. Je tiens à souligner à nouveau que nous ne pourrons avancer que si le secteur public et le secteur privé travaillent main dans la main. Entretemps, l’étude LISER a pratiquement disparu de la circulation. Une étude complémentaire doit être réalisée parce que la première étude se basait en partie sur des prémisses erronées, à savoir sur des images satellites et aériennes de Google-Earth - une approche qui ne peut pas être qualifiée de scientifique. Dans la réponse à ma question parlementaire, il a été indiqué qu’une étude complémentaire serait désormais réalisée. L’analyse effectuée par la Ville repose sur des bases solides, puisque notre service dispose de toutes les données relatives à la propriété. Nous critiquons tous le fait qu’il faut trop de temps pour que les projets de construction de logements puissent passer à la phase de mise en œuvre. En fin de compte, cela montre aussi quel est le prix à payer pour un État de droit. Dans une démocratie, chacun a le droit de faire appel contre un permis de construire. Personne ne se réjouit de la construction d’un immeuble collectif à côté de sa propre maison, et la tendance est malheureusement à l’augmentation du nombre de citoyens contestant les permis de construire. Cela retarde la mise en œuvre des projets. Un exemple en est le projet «Schoettermarial », qui prévoit la construction de près de 30.000 m² et qui n’avance pas depuis dix ans, car des plaintes sont régulièrement déposées contre le projet. Ces recours sont légitimes, mais ils ont également pour conséquence que de nombreuses années s’écoulent et que les coûts augmentent. C’est le prix de la démocratie. Madame le bourgmestre Lydie POLFER : Dans le cadre de ce projet, la Ville de Luxembourg et le ministère de l’Environnement ont uni leurs efforts. Ensemble, nous avons perdu en justice. La convention relative au Pacte logement 2.0 est approuvée à l’unanimité. II. URBANISME 1) Modification ponctuelle du PAG en vue d’une adaptation de la densité de logement du PAP NQ «Faïencerie (RO-05) » («Villeroy & Boch») Le conseil communal est appelé à approuver une modification ponctuelle du plan d’aménagement général (PAG) en vue d’adapter la densité de logement du plan d’aménagement particulier NQ «Faïencerie (RO-05) » («Villeroy&Boch») de 65 à 97 logements par hectare brut. La modification n’aura pas d’impact sur la surface construite brute maximale construite, car l’augmentation du nombre de logements se fera au détriment de certaines surfaces qui étaient destinées à d’autres usages. La taille moyenne des logements sera également réduite. En ce qui concerne l’impact éventuel de la modification ponctuelle sur la protection de la nature et des ressources naturelles, le Service Urbanisme estime qu’il s’agit dans le présent cas d’une modification n’ayant pas d’incidences notables sur l’environnement au regard des dispositions de la loi modifiée du 22 mai 2008 relative à l’évaluation des incidences de certains plans et programmes sur l’environnement et que dès lors, une évaluation environnementale n’est pas nécessairement requise. Monsieur Mathis PROST (DP) : Il faut féliciter la Ville d’avoir réussi à réserver une grande partie du site «Villeroy&Boch» à un usage public et d’être elle-même maître d’ouvrage. La modification ponctuelle à effectuer doit permettre la construction d’encore plus de logements. Quel sera l’impact de cette adaptation sur le mélange de logements abordables, de commerces et de bureaux? Quel est l’état d’avancement en ce qui concerne la participation de la Ville ? Existe-t-il déjà un concept de mobilité? Les futurs habitants de ce site se déplaceront d’une part en direction de la Place Dargent et d’autre part en direction de Rollingergrund/Place de l’Etoile - via un axe de circulation déjà très fréquenté aujourd’hui. Peut-être que le mélange de logements, de commerces et de bureaux permettra à certains habitants de combiner travail et habitat sur ce site. Monsieur François BENOY (déi gréng) : Notre groupe soutiendra l’adaptation ponctuelle proposée, car elle permettra la construction de plus de logements sur le site «Villeroy&Boch». L’évolution du projet de construction de logements va dans le sens d’une urbanisation judicieuse. Compte tenu du nombre élevé de logements, il convient d’accorder une grande importance au thème de la mobilité. Il est important que le nouveau quartier d’habitation soit bien relié au quartier du Limpertsberg en termes de mobilité douce. Dans quelle mesure l’adaptation ponctuelle permettra-t-elle la construction d’un ascenseur ? Cet ascenseur pourrait être utilisé non seulement par les piétons, mais aussi par les cyclistes. Une fois arrivés au Limpertsberg, les cyclistes pourraient utiliser les infrastructures cyclables existantes - qui doivent encore être développées.

RkJQdWJsaXNoZXIy NTkwNjU=