VDL_RAPPORT_ANALYTIQUE_08_2021_13_12

DE SÉANCE DU LUNDI 13 DÉCEMBRE 2021 FR 706 C’est la premi re fois dans ma carri re politique que notre groupe a été littéralement bombardé de lettres nous suggérant de ne pas approuver la construction de la passerelle pour piétons et cyclistes. Il n’est pas habituel que des personnes s’adressent à des conseillers communaux pour les dissuader d’approuver un projet. Je ne peux qu’espérer que cela ne devienne pas une habitude. En tant que conseillers communaux de la Ville de Luxembourg, nous émettons notre vote en notre âme et conscience. La politique n’est pas un concours de beauté où l’on veut plaire. Il s’agit de décisions qui doivent être prises, des décisions qui plaisent à certains et qui déplaisent à d’autres. Notre coll gue Marc Angel a toujours défendu une passerelle pour cyclistes et piétons Cents/Neudorf/Weimershof. Notre coll gue Angel était actif dans la vie associative du quartier de Neudorf et il a toujours défendu le projet. Cela n’a pas toujours été facile, car il y a eu aussi beaucoup de critiques. La structure du pont prévu est élégante et filigrane. Il reste beaucoup à dire sur l’emplacement où le pont traverse le quartier de Neudorf et sur les sites où il se termine. D’aucuns critiquent le fait que l’on relie ici des quartiers par des sites qui ne sont pas tr s favorables. Et là aussi, on peut toujours essayer d’améliorer les choses. Mais ce qui me met en mauvaise humeur et ne me facilite pas la prise de décision, c’est le manque de transparence, également vis-à-vis des membres du conseil communal. La question d’une étude d’impact relative à la nature, entre autres sur l’avifaune de la zone, a été soulevée en commission. On nous a expliqué que deux études avaient été réalisées. Or, le probl me est que les résultats de ces deux études ne figurent pas dans le dossier que nous avons pu consulter. Je ne trouve pas cela normal. Si les responsables de la Ville souhaitent l’unanimité lors du vote, tout devrait être fait pour qu’une décision en ce sens ne soit pas si difficile à prendre. Étant donné que nous ne disposons pas de tous les éléments, cela m’inciterait normalement à m’abstenir lors du vote. Or, étant donné que ce projet a connu une longue période de maturation, que notre groupe a soutenu le projet d s le début et que je suis fermement convaincu qu’il est utile de construire des ponts - même s’ils ne sont pas forcément situés au bon endroit ou que les points de départ et d’arrivée du pont ne sont pas optimaux -, j’estime qu’il est finalement préférable de soutenir le projet qui nous est présenté. Je me rép te quand je dis qu’il aurait été préférable que l’étude d’impact ornithologique soit dans le dossier et que j’aie pu me convaincre, en tant que conseiller communal, qu’aucun probl me ne se pose pour l’avifaune. Je peux tr s bien m’imaginer que des recours seront déposés contre le vote d’aujourd’hui. Une solution de compromis pourrait consister à reporter le vote à vendredi prochain, ce qui nous laisserait suffisamment de temps pour étudier en toute tranquillité les résultats de l’étude d’impact. Monsieur Roy REDING (ADR) : Je ne suis ni historien, ni spécialiste des ponts, ni ingénieur en construction de routes. Notre groupe a également reçu du courrier de citoyens. Il me semble que l’enthousiasme au sein du syndicat d’intérêts locaux de Neudorf et aupr s des citoyens qui y vivent n’est pas aussi grand que déi gréng le présentent. Je constate qu’il s’agit d’un énorme projet de prestige qui coûtera plus de 24 millions d’euros, des fonds qui permettraient de réaliser de nombreux autres projets dans la ville. Mais le pire, c’est que des études y ont été menées qui, bien que mentionnées dans les documents en notre possession, ne sont pas jointes au dossier („Identification des biotopes protégés“, „Identification d’habitats d’intérêt communautaire“, „Identification des habitats des esp ces d’intérêt communautaire pour lesquels l’état de conservation a été évalué non favorable“). Chaque membre du conseil communal a reçu la lettre de Maître De Ron, qui indique que l’organisation de protection de la nature «natur& ëmwelt » constate que la présence d’une esp ce rare du hibou, à savoir le grand-duc d’Europe (Uhu), y a été attestée. La directive européenne 2009/147 stipule que dans un tel cas, une étude d’impact doit être réalisée. J’ai déposé une question parlementaire à ce sujet et je suis curieux de connaître la réponse. Le hibou grand-duc est une «esp ce compl tement protégée». Au Luxembourg, nous ne comptons plus que 24 couples nicheurs de hiboux grands-ducs. 18.000 tonnes de terre de remblai et 2.900 tonnes de béton y sont traitées. Le hibou grand-duc est un chasseur nocturne. Il ne pourra pas chasser si tout le pont est éclairé le soir. Ce projet est une catastrophe écologique. Il montre une fois de plus que la protection des esp ces n’est pas respectée au Luxembourg et malheureusement aussi à Luxembourg-Ville. C’est un scandale ! Je ne peux qu’encourager les citoyens qui s’insurgent contre un tel projet à faire un recours. Aujourd’hui, nous, les conseillers communaux, devons voter sur quelque chose sans disposer des résultats d’études. La ministre verte a fait une faveur à ses coll gues de parti de la capitale en violant une directive européenne. Il est donc tout à fait légitime que la Cour de justice européenne soit saisie de cette question. Je voterai contre le projet. Monsieur Guy FOETZ (déi Lénk) : Nous avons affaire ici à un beau projet. Dans le document annexe de ce point à l’ordre du jour, il est question de structures filigranes, d’une vue magnifique sur les jardins et les toits des maisons du Neudorf ainsi que la silhouette caractéristique de la ville avec les tours de la cathédrale, de sorte que l’on peut parler d’une nouvelle attraction touristique. Il est fait l’éloge aussi de la nature verdoyante des deux côtés du pont et de la station en bas de l’ouvrage avec son ascenseur et la nouvelle aire de jeux. Mais voilà que l’objectif premier de ce pont, qui est de créer une meilleure liaison pour les piétons et les cyclistes dans le trafic quotidien, passe ainsi au second plan. Nous pensons que ce changement de priorité provient du fait que personne ne sait combien de personnes utiliseront ce pont chaque jour. En date du 15 juin 2015 déjà, j’avais demandé si une étude de trafic avait été réalisée aux fins de savoir combien de cyclistes utiliseraient ce pont pour se rendre à leur lieu de travail. L’échevine de l’époque, Madame Sam Tanson, avait répondu qu’en mars 2006, le bureau d’études allemand «Planungsgemeinschaft Verkehr » avait été chargé d’élaborer un concept vélo pour la Ville de Luxembourg, dans le but de promouvoir le vélo comme moyen de transport urbain. Cette étude avait montré que des travaux d’infrastructure étaient nécessaires pour rattacher les quartiers situés à l’est de la ville au centreville. La solution proposée était la construction d’un pont pour relier les quartiers de Neudorf, Hamm, Cents, Weimershof, Weimerskirch et Kirchberg – comportant environ 17.400 habitants et de nombreux emplois - dans le but de réduire le trafic automobile. Aucune étude de circulation n’a été réalisée à ce jour, alors qu’elle est primordiale, d’autant plus que les deux extrémités du pont sont assez isolées. En plus, aucune piste cyclable n’a été construite pour relier les quartiers visés au futur pont. Les utilisateurs quotidiens de la passerelle seront principalement les habitants du quartier de Cents, car il est peu probable que de nombreux habitants des quartiers de Bonnevoie et de Hamm se rendent à vélo à Cents au milieu de la circulation pour ensuite traverser la passerelle et parvenir à Weimershof, puis au Kirchberg. Même les habitants de Cents ne seraient pas encore arrivés à Kircherg apr s avoir traversé la passerelle. La question sans réponse au sujet du nombre d’utilisateurs réguliers du pont constitue pour nous un probl me majeur. Nous ne pouvons pas accepter l’affirmation gratuite que le pont attirerait suffisamment d’usagers par lui-même.

RkJQdWJsaXNoZXIy NTkwNjU=