VDL_RAPPORT_ANALYTIQUE_08_2021_13_12

695 FR SÉANCE DU LUNDI 13 DÉCEMBRE 2021 pratiquement enti rement réaménagé. Certes, les travaux ont eu un impact négatif sur le commerce, mais cet espace urbain est désormais l’un des plus beaux de la ville. La place de Paris a été réaménagée en collaboration avec les citoyens. Le «Niklosmaart » attire de nombreux visiteurs. Tout cela témoigne de notre ambition de redonner vie au quartier de la Gare. déi gréng ont critiqué une piste cyclable provisoire dans le cadre du «Niklosmaart », mais ont omis de souligner à quel point le «Niklosmaart » est bon et important pour redonner de la vie au quartier de la Gare. Je peux vous assurer que nous continuerons à tout faire pour que ce quartier vive. Les travaux d’infrastructure dans l’avenue de la Gare ne sont pas prévus à ce stade. Si nous entreprenions de tels travaux maintenant, cela porterait un coup fatal au commerce dans cette rue. Cela ne nous empêche pas de donner une ambiance à l’avenue de la Gare par des décorations de rue. L’initiative de créer des pop-up stores a été prise. Apr s l’ouverture d’un premier pop-up store dans l’avenue de la Gare, la Ville s’efforce pour qu’un deuxi me pop-up store puisse bientôt ouvrir ses portes. La Ville de Luxembourg ne s’estime pas en mesure d’y faire venir un cinéma. Dans la rue de Strasbourg, la circulation a été réorganisée dans le sens d’une modération du trafic. La partie supérieure et la partie centrale de la rue seront réaménagées. Autour de la place de Strasbourg, les piétons peuvent découvrir la culture. En plein cœur du quartier de la Gare, une exposition de photos est à découvrir. Notre Service Hygi ne travaille jour apr s jour pour maintenir le quartier propre et pour ramasser les seringues de drogue qui y traînent. Notre Service Éclairage public veille à ce que le quartier soit bien éclairé. Monsieur le conseiller Benoy a estimé que l’on avait omis de recruter des policiers pendant des décennies. Dans un autre contexte, Monsieur le conseiller Benoy a exprimé le souhait d’un traitement équitable. On peut toujours regarder des décennies en arri re. Par pure coïncidence, c’est toujours le CSV qui a assumé la responsabilité nationale et c’est donc à lui que s’adressent les critiques. Cela ne nous m ne nulle part, car nous pourrions tout aussi bien renverser la situation et reprocher à déi gréng de n’avoir fait qu’appliquer de la peinture pendant 12 ans pour délimiter des pistes cyclables. Cela donne une fausse impression de sécurité. Le coll ge échevinal en place doit maintenant mettre en place tout un programme pour sécuriser ces pistes cyclables. Nous ne pouvons pas rattraper en peu de temps ce qui n’a pas été fait pendant douze ans. Nous sommes heureux que vous vous engagiez à soutenir ce programme. Nous sommes tout aussi heureux d’apprendre que vous êtes, vous aussi, en faveur d’une augmentation du nombre de policiers patrouillant dans le quartier de la Gare. Puisque nous sommes d’accord, nous pouvons aller de l’avant dans un esprit de coopération. Nous sommes heureux de constater que les efforts que nous avons déployés dans l’intérêt du commerce pendant la pandémie ont été pleinement soutenus. L’écho du concept «d’Stad lieft » a été tr s bon. La crise n’est pas encore terminée. Un certain nombre de commerces sont toujours vides, mais de nombreux locaux se remplissent à nouveau d’une nouvelle vie. J’ai déjà évoqué la mani re dont nous envisageons de remédier aux probl mes qui se posent dans l’avenue de la Gare. Si des locaux sont mis en vente à un prix correct, nous pouvons discuter de l’opportunité de les acquérir. La premi re mission de la Ville de Luxembourg n’est cependant pas d’acquérir des locaux commerciaux. La Ville a loué plusieurs locaux commerciaux pour y installer des pop-up stores. Jusqu’à présent, notre expérience en la mati re est bonne. L’action «Winterlights» est tr s appréciée. Il faudrait réfléchir à la possibilité de lancer une action de ce genre pour les mois plus chauds de l’année. Il va de soi que le quartier de la Gare devrait également être impliqué dans cette action. Madame la conseill re Bock a souligné à juste titre l’importance des arbres et des zones vertes en ville. Dans ce contexte, il convient de souligner qu’il n’existe probablement aucune capitale en Europe qui offre autant de nature que la Ville de Luxembourg. Les visiteurs étrangers sont toujours impressionnés par la verdure de notre ville. Il convient de préserver et de protéger cet aspect. 21.000 arbres sont enregistrés dans notre cadastre des arbres. Des arbres supplémentaires seront plantés. Sur les 327 arbres qui ont été enlevés, 224 seront remplacés sur place, tandis que la centaine d’arbres restants seront plantés ailleurs. On peut réfléchir à la proposition d’offrir un arbre à chaque citoyen de la Ville. J’ai consulté le service concerné et cela vaut la peine de réfléchir si l’on ne pourrait pas lancer une telle action dans le cadre de la LUGA, par exemple. D’où ma proposition de discuter sérieusement de cette proposition. Le souci que nous devons entretenir et préserver la nature est justifié, notamment dans le contexte du changement climatique. Le coll ge échevinal ne partage pas l’avis de Monsieur le conseiller Foetz selon lequel 22 millions d’euros pour le projet LUGA seraient exagérés. Il est vrai que dans une premi re phase, le devis n’était pas assez élevé, mais cela était également dû au fait que l’on espérait un soutien financier de la part d’initiatives privées, ce qui n’a malheureusement pas été le cas, raison pour laquelle nous avons dû augmenter le montant. Le coll ge échevinal croit au projet LUGA et nous ferons tout pour que la LUGA puisse être réalisée. Le nouveau r glement relatif au parc municipal détermine quelles voies doivent être utilisées conjointement par les cyclistes et les piétons et quelles voies doivent être utilisées uniquement par les piétons ou uniquement par les cyclistes. L’objectif est d’éviter les conflits entre les cyclistes et les piétons. Cette réglementation a été introduite parce que la cohabitation ne se passait pas tr s bien auparavant. Nous comprenons que les personnes qui se rendent à leur travail à vélo souhaitent se rendre rapidement d’un point A à un point B. La réglementation mise en place se veut temporaire. Nous cherchons des solutions. Le coll ge échevinal se penchera sur le projet d’une réglementation définitive. En temps voulu, nous le présenterons au conseil communal. Madame la conseill re Brömmel s’est interrogée sur la répartition des fonds inscrits au budget pour les investissements dans les cours d’école et les aires de jeux. Je propose que nous nous en occupions lors d’une prochaine réunion de la commission consultative concernée et que nous donnions alors des explications supplémentaires. La planification n’est pas figée et des modifications sont possibles. Nous n’avons rien à cacher. Je propose que nous examinions ensemble la présente liste en commission. Le coll ge échevinal actuel agit ici dans la continuité des coll ges échevinaux précédents : aucun euro n’est de trop pour nous lorsqu’il s’agit de moderniser et de sécuriser les aires de jeux pour enfants. Au budget 2022, 500.000 euros sont inscrits pour l’aire de jeux du parc Merl (devis : 3,8 millions d’euros), 1,5 million d’euros pour l’aire de jeux «Bambësch» (devis : 2,4 millions d’euros) et 650.000 euros pour le réaménagement du «Bateau pirate». Le devis pour les trois seuls projets cités s’él ve à 6, 8 millions d’euros. Il s’agit d’investissements importants dans l’intérêt du bien-être des enfants. Monsieur le conseiller Benoy a estimé que la Ville n’investit pas assez dans l’électrification de son parc d’autobus. Monsieur l’échevin Goldschmidt a déjà abordé ce sujet. J’ai été étonné que Monsieur le conseiller Benoy n’ait pas parlé de la technologie de l’hydrog ne dans son intervention. Ce n’est pas que nous ne voulions pas nous engager sur la voie de l’électrification, mais nous voulons aussi rester ouverts à d’autres technologies. La technologie de l’hydrog ne a surtout du sens pour les véhicules lourds, c’est pourquoi nous envisageons

RkJQdWJsaXNoZXIy NTkwNjU=