VDL_RAPPORT_ANALYTIQUE_08_2021_13_12

691 FR SÉANCE DU LUNDI 13 DÉCEMBRE 2021 le bus pendant 15 ou 20 minutes et de faire des détours alors que le tramway circule à une cadence de trois minutes. Le taux d’occupation des bus municipaux est de 85 à 90% par rapport à 2019. Nous ne pouvons pas supprimer des lignes de bus municipaux, car cela entraînerait des probl mes dans les transports publics. Le projet pilote «Pedibus» dans les quartiers de Cents et Belair est en cours. Le service concerné travaille déjà à une extension du projet. Dans les mois à venir, nous pourrons en saisir le conseil communal. Le coll ge échevinal s’engage pour la création d’une infrastructure de pistes cyclables dans l’avenue Pasteur, un projet qui sera réalisé en trois étapes. Dans une deuxi me étape, l’itinéraire cyclable sera réalisé jusqu’à la rue Ermesinde, ce qui permettrait également de desservir les logements du projet «Vivre sans voiture». Dans une troisi me étape, la partie supérieure du quartier du Limpertsberg suivra, une étape qui ne pourra être mise en œuvre que lorsque les écoles y seront moins nombreuses. Il faudra encore patienter 6 à 8 ans avant d’en arriver là. Dans mes déclarations sur les passages piétons, j’ai toujours fait référence aux normes de 2008 pour expliquer pourquoi certaines choses sont aujourd’hui telles qu’elles sont. Bien entendu, nous travaillons selon les normes d’aujourd’hui, des normes imposées par le minist re. Il ne nous est toutefois pas possible d’entreprendre simultanément les travaux de mise aux normes des passages piétons à tous les carrefours. Le fait que nous ayons remporté l’ «Access City Award 2022» montre tout de même que nous poursuivons l’approche de l’accessibilité pour tous. La perfection n’est pas de ce monde, mais nous faisons de notre mieux, jour apr s jour, pour apporter de nouvelles améliorations, notamment en ce qui concerne la sécurité des carrefours. Selon notre analyse, il n’est pas vrai que plus de 500 intersections seraient non conformes. L’année prochaine, nous nous pencherons sur la sécurité des carrefours lors d’une nouvelle réunion de la commission de la mobilité urbaine. déi gréng critiquent à nouveau les r gles introduites dans le parc municipal pour les cyclistes et les piétons. Dois-je rappeler que, lorsqu’ils siégeaient au coll ge échevinal, déi gréng n’ont rien fait pour assurer une plus grande sécurité dans le parc, ni pour les piétons ni pour les cyclistes. Au début de l’année prochaine, nous présenterons un projet relatif à la création d’une piste cyclable bidirectionnelle sur le boulevard Prince Henri. Notre souhait est que le minist re réalise enfin le boulevard de Merl. Si le boulevard de Merl était terminé, nous pourrions également prendre des mesures dans le sens d’une sécurité supplémentaire pour les cyclistes dans la rue des Aubépines. La Ville fait beaucoup dans l’intérêt des piétons, des cyclistes et des transports publics (bus, tram). Cela nous tient à coeur. Mais le fait est que de nombreuses personnes restent tributaires d’une voiture. La technologie progresse, les voitures sont de plus en plus propres. Mais cela n’empêche pas que nous ayons besoin de plus de routes et il est donc important que nous investissions également dans ce domaine. Le bilan sur les rues cyclables est disponible, et le coll ge échevinal voulait se pencher sur les conclusions en novembre. Ceux qui nous reprochent de ne pas en faire assez, de ne pas travailler assez vite, n’ont aucune idée du nombre d’heures de travail et de réunion du coll ge échevinal. Nous espérons pouvoir nous pencher en janvier 2022 sur le bilan relatif aux rues cyclables ainsi que les mesures de tourne à droite pour les cyclistes. Le 22 septembre est la journée internationale sans voiture. L’organisation d’une journée sans voiture est plus facile si ce jour tombe un samedi ou un dimanche. L’année prochaine, le 22 septembre sera un jeudi. Je vois mal comment, en termes de circulation, il serait possible d’organiser une journée sans voiture en milieu de semaine. La remarque selon laquelle les pôles d’échange seraient trop proches du centre-ville n’est pas nouvelle. Je ne perds pas l’espoir que lorsque le tramway ira plus loin, un pôle d’échange sera peut-être créé aux alentours du CHL. Organiser de mani re optimale le réseau de bus en milieu urbain n’est pas une mince affaire, mais c’est faisable. Le bien commun à Luxembourg-Ville dépend aussi des nombreuses personnes qui viennent chaque jour travailler dans la ville, et qui n’ont pas toutes une bonne alternative pour prendre les transports en commun, aller au travail à vélo ou s’y rendre à pied. Il serait égoïste de vouloir bannir les voitures de la ville, car nous nous réjouissons tous des recettes fiscales générées par les nombreux emplois sur le territoire de la ville. Je suis donc d’avis que nous devons aider à créer de bonnes solutions nationales et internationales pour ces personnes afin de les motiver à utiliser les transports publics. Au lieu de dire constamment à la Ville et à nos services ce qu’ils peuvent faire et ne pas faire, le minist re de la Mobilité devrait relever le défi en cherchant des solutions nationales et internationales. Madame la conseill re Bock souhaite que des bus plus petits soient utilisés en dehors des heures de pointe. Cela signifierait que les chauffeurs des grands bus utilisés aux heures de pointe devraient retourner au garage des bus apr s deux heures, pour ensuite desservir la même ligne avec un bus plus petit, et qu’ils devraient repartir plus tard avec un bus plus grand pour les heures de pointe du soir. C’est difficile à mettre en œuvre d’un point de vue organisationnel. Nous analyserons dans quelle mesure il serait possible d’utiliser des bus de taille moyenne, si les capacités seraient suffisantes pendant les heures de pointe ou si la fréquence pourrait être augmentée. Le plan de mobilité enfants a été élaboré il y a quelques années. Le Service Circulation m’a informé que le plan sera adapté l’année prochaine. Madame l’échevin Simone BEISSEL : Les questions soulevées lors de la discussion témoignent de l’intérêt porté à une bonne qualité de vie des citoyens. Je tiens à remercier Madame la conseill re Margue de son rapport budgétaire intéressant et diversifié. Mes remerciements vont bien entendu aussi à notre direction financi re qui, comme toujours, a fait du bon travail. En ce qui concerne les chantiers, les th mes de l’organisation, de la coordination et de la communication ont été abordés. Comment les chantiers peuvent-ils être optimisés? L’organisation et la coordination des chantiers peuvent-elles être davantage numérisées? Serait-il possible d’embellir les chantiers en installant des clôtures avec des représentations artistiques? Qui sont les différents acteurs que l’on peut rencontrer sur les différents chantiers ? Il s’agit de la Ville de Luxembourg, de Creos, de l’Administration des ponts et chaussées, de la «Post », des différents opérateurs de télévision, des entreprises privées de construction. En cas de collaboration de plusieurs de ces acteurs, c’est celui qui a la part du lion sur le chantier qui prend la conduite. Comment les chantiers sont-ils organisés? Lorsqu’un de nos services (Eaux, Voirie, Canalisation...) souhaite réaliser des travaux d’infrastructure nécessaires, ce service prend contact avec notre service SERCO. Ce dernier prend à son tour contact avec tous les services internes concernés ainsi qu’avec les acteurs externes mentionnés afin de savoir s’ils sont intéressés également à réaliser des travaux. Enfin, nous voulons éviter que des routes ne doivent ensuite être rouvertes inutilement parce qu’un acteur a manqué de se manifester.

RkJQdWJsaXNoZXIy NTkwNjU=