VDL_RAPPORT_ANALYTIQUE_08_2021_13_12

689 FR SÉANCE DU LUNDI 13 DÉCEMBRE 2021 un syst me de gestion de la sécurité des arbres routiers sera mis en place. En collaboration avec l’Administration de la nature et des forêts et l’Université de Fribourg, nous allons réaliser un projet dans le domaine de l’«urban forestry». Un autre grand projet que nous lancerons en 2022 est le réaménagement de l’aire de jeux «Bambësch». Un deuxi me appel d’offres sera lancé. Nous espérons pouvoir commencer les travaux à l’automne 2022. Je ne peux pas m’empêcher de prendre position sur une pique lancée par Monsieur le conseiller Benoy et qui m’était destinée. Je ne fais pas de politique partisane en mettant en ligne une vidéo apr s que déi gréng ont fait de la politique partisane et contribué à ce que la Ville n’ait presque pas reçu d’autorisations pendant un an pour pouvoir réaliser un projet, apr s que déi gréng eurent fait distribuer des dépliants à tous les ménages du quartier de Limpertsberg - un gaspillage inutile de papier - et que notre service d’hygi ne a dû ramasser les dépliants qui traînaient, et apr s que déi gréng eurent essayé de monter les citoyens contre une décision prise par le conseil communal. Je dois réfuter catégoriquement le reproche d’avoir fait de la politique partisane. Je ne m’adresse ni à la présidente du parti ni au Premier ministre pour savoir ce que j’ai le droit de faire dans la Ville de Luxembourg. Je ne peux toutefois pas m’empêcher de penser que lorsque déi gréng entreprennent quelque chose, c’est à chaque fois sagement convenu avec le parti. La Ville a acquis un terrain dans la rue François-Sébastien Tinant. Notre Service Forêts serait heureux de pouvoir rénover la petite cabane qui se trouve sur ce terrain et qui est en mauvais état, afin qu’elle puisse être utilisée pour les besoins de la «Bëschspillschoul ». La réponse que nous avons reçue jusqu’à présent du minist re de l’Environnement est : «pas d’utilité publique». J’inviterais donc Monsieur le conseiller Benoy à intervenir aupr s du minist re de l’Environnement pour que nous puissions effectuer les rénovations nécessaires - car apr s tout, déi gréng ont réussi l’exploit de poser une question à la Chambre des députés le jeudi et de recevoir une réponse d s le vendredi. Si vous parlez de politique partisane, je tiens également à rappeler que le contrat que la commune de Differdange avait conclu avec une entreprise de sécurité a dû être résilié. Et lorsque l’État a inauguré hier une nouvelle infrastructure à la gare de Bettembourg, ce n’est pas un représentant du gouvernement qui a prononcé un discours, mais l’échevin vert de la mobilité, Madame Josée Lorsché. Je ne peux donc pas accepter que Monsieur le conseiller Benoy m’accuse de faire de la politique partisane. Je demanderais à déi gréng de balayer d’abord devant leur propre porte. Environnement. Monsieur le conseiller Galles a évoqué le passage aux bus à hydrog ne. Nous envisageons un tel passage. L’utilisation de bus à hydrog ne se fait actuellement dans le cadre de projets pilotes, afin de vérifier la faisabilité d’un passage à ce type de bus. La Ville s’est informée à ce sujet lors de congr s internationaux. Se lancer dans un projet de recherche n’a actuellement aucun sens, car nous ne disposons pas des ressources nécessaires. Les contraintes à respecter lors de l’installation d’une station-service à hydrog ne sont tr s élevées, raison pour laquelle une telle station-service ne verra probablement pas le jour sur le territoire de la Ville. Cela n’empêche pas que nous soutenions l’État dans sa volonté d’installer une station-service à hydrog ne. Nous continuerons à suivre le développement des véhicules à hydrog ne. Monsieur le conseiller Benoy a soulevé de nombreuses questions concernant l’environnement. J’essayerai de répondre à toutes les questions, sans pour autant prendre 50 minutes de temps de parole, à l’instar de Monsieur le conseiller Benoy. La stratégie en mati re de biodiversité s’inscrit dans la continuité de la politique menée depuis 2009. En 2021, une évaluation de la valeur écologique des surfaces de biodiversité existantes s’y est ajoutée. L’année prochaine, nous disposerons des conclusions sur la mani re dont les surfaces de biodiversité peuvent être étendues, ainsi que des détails sur les crit res et les méthodes de gestion à appliquer. Lors du développement de chaque projet d’urbanisme, une grande importance est accordée au th me de la biodiversité. Dans le cadre des projets «Parc de Gasperich», «Renaturation de la Pétrusse», «Porte de Hollerich», «Langfuur » et du projet de logements «Route d’Arlon», pour ne citer que ceux-ci, l’aspect «biodiversité» est pris en compte. Le th me des jardins de gravier a été abordé. Le fait est que la création de jardins de gravier est déjà interdite aujourd’hui par une formulation afférente du r glement des bâtisses en vigueur. La présentation du plan d’action environnemental au conseil communal ainsi que le traitement d’autres th mes environnementaux étaient prévus pour décembre 2021. Compte tenu de l’abondance des sujets et parce qu’il était important pour moi de pouvoir en discuter en détail au sein du conseil communal, j’ai demandé à mes coll gues du coll ge échevinal de ne traiter ce point au conseil communal qu’en janvier 2022. Le plan d’action environnemental n’a pu être définitivement finalisé qu’en novembre 2021, car plusieurs données étaient manquantes. On a beaucoup travaillé sur le concept climatique. Trois à quatre personnes travaillent sur ce concept. J’aurais souhaité que l’on augmente les effectifs du service du Délégué à l’Environnement il y a douze ans déjà. La charge de travail est importante et je dois veiller à ce que les collaborateurs ne fassent pas de burn-out parce qu’ils doivent travailler sur 20 sujets différents en même temps. L’élaboration d’un concept climatique avance bien. Les émissions de CO2 de l’administration communale ainsi que les émissions de CO2 sur le territoire de la Ville dans son ensemble ont été déterminées. Les potentiels d’économie par secteur ont été calculés. Ces résultats seront également présentés. Un cadastre thermique 2021 a été établi. La mise en place d’une base de données centrale a été lancée. Des objectifs sectoriels et des moyens pour les réaliser ont été identifiés. Les progr s du «Klimateam» seront présentés en 2022, ainsi que les propositions en mati re de subventions qui seront lancées comme premi re étape dans le cadre du concept climatique. Le cadastre solaire sera révisé. Des campagnes de sensibilisation seront menées. Des potentiels d’économie supplémentaires seront identifiés dans le cadre du plan de mobilité. Nous considérons également comme prioritaires la végétalisation, afin d’éviter les îlots de chaleur, ainsi que l’adaptation des plantations à la chaleur et à la sécheresse croissantes. Nous essayons de tenir compte de ces aspects dans tous les projets. Un concept anti-inondation devrait également être disponible en 2022. La Ville a signé le Pacte climatique 2.0. En 2021, il y a eu des incertitudes, car la loi est entrée en vigueur avec beaucoup de retard. Le recours à un consultant externe en mati re de climat a été accepté par le gouvernement, ce qui nous permet de commencer immédiatement à nous attaquer aux objectifs prescrits d s le début de l’année 2022. La Ville a signé l’adhésion au Pacte nature en 2021. Notre conseiller interne «Pacte nature» est également «gestionnaire des espaces naturels». Les premiers cours de formation ont eu lieu jeudi passé en collaboration avec le minist re de l’Environnement et MyEnergy, la structure nationale de conseil dans le domaine de l’énergie. L’UE doit atteindre la neutralité climatique d’ici 2050. Bien entendu, la Ville de Luxembourg tentera d’atteindre cet objectif plus rapidement, mais cela dépendra également des technologies qui seront mises sur le marché. La Ville s’est

RkJQdWJsaXNoZXIy NTkwNjU=