VDL_RAPPORT_ANALYTIQUE_07_2021_10_12

643 FR SÉANCE DU VENDREDI 10 DÉCEMBRE 2021 d’aide sociale dans un même quartier. Nous plaidons pour une décentralisation. Proposition d’amendement «Budget des depenses extraordinaires 612. Logement (ajouter p. 293) 4 /221312/ /16015 Dernier Sol, no 13-15 20.000 Description : Subventionnement de l’installation d’un auvent permettant aux visiteurs du foyer Ulysse de sejourner à l’exterieur. Il s’agira d’eviter de cette façon qu’ils occupent les entrees des residences aux alentours. » Monsieur Guy FOETZ (déi Lénk) : La problématique du logement est également liée à celle d’Airbnb. Ce phénomène prend de plus en plus d’ampleur via différentes plateformes Internet, notamment dans les quartiers de la Gare, de Gasperich et de Cessange. On peut parler de concurrence déloyale vis-à-vis des établissements hôteliers, car Airbnb n’est pas soumis aux mêmes normes en matière de sécurité, de règles sanitaires et d’imposition fiscale. Les règles du Plan d’aménagement général sont également contournées. De plus, de nombreux habitants se sentent gênés par cette activité dans leur quartier ou leur résidence, et la police a déjà dû intervenir à plusieurs reprises. Mais surtout, l’utilisation régulière d’un nombre croissant de logements Airbnb aggrave le manque flagrant de logements dans notre ville, car ces logements ne sont pas disponibles pour une location normale à long terme. Depuis plusieurs années, nous soulevons la problématique Airbnb au sein de la commission des finances et à chaque fois, nous obtenons de Monsieur l’échevin Wilmes la réponse que le collège échevinal mise sur une coopération volontaire avec la direction d’Airbnb pour obtenir les adresses de leurs fournisseurs dans la capitale. Le fait qu’il ne se passe rien nous a été confirmé une nouvelle fois lors de la commission des finances du 16 novembre. Nous demandons au collège échevinal de s’engager dans la voie d’une réglementation, à l’instar de ce qu’ont déjà fait de nombreuses villes européennes. Nous déposerons une motion en ce sens fin janvier 2022. À l’instar de Madame la conseillère Camarda, nous regrettons que l’entrée aux deux musées communaux ne soit pas gratuite. Madame le bourgmestre Polfer continue à croire que, dans ce cas, des sans-abri s’y installeraient. Nous pensons qu’il s’agit d’une erreur d’appréciation totale. On aurait tout aussi bien pu ne pas rendre gratuits les transports publics pour cette raison. Je n’y ai pas encore rencontré de sans-abri y passant sa journée. –– Des commentaires supplémentaires s’imposeraient de ma part –– au sujet du futur pont au-dessus du Neudorf avec un devis de 24 millionens d’euros qui sera dépassé à coup sûr ; –– au sujet de la participation citoyenne : le budget ne contient pas de crédits spécifiques y relatifs ; –– au sujet de la LUGA : les coûts augmenteront de 10 à 22 Millionen d’euros, ce qui excessif ; –– au sujet du «monitoring social » à réaliser par le LISER : où en est le projet ? Mais je voudrais conclure maintenant en vous remerciant de votre attention. Monsieur Mathis PROST (DP) : À mon tour, je voudrais remercier Madame la conseillère Margue de son excellent rapport budgétaire. Un grand merci également à tous les services de la Ville. Nous sommes en présence d’un budget ambitieux comprenant de nombreux projets. Chaque année, toute une série de projets ne peuvent pas être réalisés pour différentes raisons, p.ex. par manque d’offres ou en raison de la pandémie. C’est pourquoi je propose d’effectuer une priorisation pour que les projets les plus importants pour la Ville puissent être réalisés. La mobilité compte parmi les domaines que je considère particulièrement importants. Beaucoup a déjà été réalisé en faveur de la mobilité douce, même si on peut évidemment toujours faire plus. La passerelle qui reliera les quartiers de Cents et Weimershof au-dessus du Neudorf a été inscrite au budget. Je tiens à saluer que le budget comprenne également des projets en faveur de la mobilité individuelle (p.ex. le parking Knuedler, le parking Martyrs et le P&R Stade), car il y a toujours des gens qui ne peuvent pas utiliser les transports en commun, qui utilisent la voiture pour ramener de gros achats à la maison, par exemple. Si on veut développer la mobilité électrique, les parkings en ouvrage et l’espace public doivent être équipés d’un nombre plus important de stations de recharge. Il faut également renforcer les réseaux d’électricité pour que les réseaux dans les différentes rues de la ville aient la capacité nécessaire pour permettre aux habitants de recharger leurs véhicules électriques. Beaucoup a également été fait dans le domaine social - même si, bien sûr, on peut toujours dire qu’il est possible de faire encore mieux. Le budget comprend un chapitre entier à ce sujet. La Ville a conclu de nombreuses conventions avec des associations pour réaliser des projets dans le domaine social (p.ex. avec la Croix-Rouge et avec «Stëmm vun der Strooss») et pour résoudre les problèmes sociaux. On retrouve certaines mesures facilement dans le budget (p.ex. le financement de postes supplémentaires pour des associations en vue de la réalisation de certaines missions), alors que d’autres éléments sont plus difficiles à chiffrer. Il serait intéressant, par exemple, de connaître la valeur du soutien que la Ville accorde à certaines associations en leur louant des locaux pour un euro symbolique. La même chose est vraie pour l’Office social, qui utilise la plus grande part de son budget, non pas pour fournir des aides financières, mais pour accompagner des personnes dans une situation particulière, p.ex. pour les orienter et remplir des formulaires. Concernant le Pacte logement, j’estime que le subside de 19.000 euros que l’État paie à la commune pour la réalisation d’un logement à coût abordable est ridiculement bas si l’on tient compte du montant total investi par la commune, y compris la création des réseaux publics nécessaires, des aires de jeux, etc.. Il ne faut pas que trop de logements soient construits pour des personnes seules, uniquement parce que l’aide de l’État est la plus élevée pour ce type de logement. Il faut continuer à veiller à un mélange équilibré - avec des logements pour les grandes familles, pour les petites familles et pour les personnes seules. Pour conclure, je voudrais dire deux mots au sujet de l’école. Les «études dirigées», qui n’ont plus lieu pendant l’heure du déjeuner, mais les lundis et mercredis après-midis, ont une fonction très importante, étant donné qu’elles contribuent à l’intégration - notamment à l’intégration des enfants qui ne parlent pas les langues usuelles au Luxembourg. Nous avons peut-être tous fait l’expérience nous-mêmes à l’école fondamentale que ce sont souvent les enfants qui ne re oivent guère de soutien de leurs parents à la maison, parce que ceux-ci ne parlent ni allemand ni fran ais, qui rencontrent le plus de problèmes. Les «études dirigées» permettent aux enfants de bénéficier d’un soutien pour faire leurs devoirs. Je trouve dommage que nous n’ayons pas trouvé assez d’enseignants pour assurer les «études dirigées». Pourtant,

RkJQdWJsaXNoZXIy NTkwNjU=