VDL_RAPPORT_ANALYTIQUE_07_2021_10_12

DE SÉANCE DU VENDREDI 10 DÉCEMBRE 2021 FR 634 inaugurer la piste cyclable dans le quartier de la Gare. Ces exemples montrent comment une mobilité différente modifie positivement le paysage urbain et crée une meilleure qualité de vie. Pendant 30 ans, l’introduction d’un tramway a été discutée et bloquée par de nombreuses partis. Je me réjouis que nous allions maintenant tous dans le même sens et nous saluons bien entendu le fait que le Gouvernement veuille accélérer l’extension du réseau de tramways dans le cadre de la stratégie «Modu 2.0». J’espère que la majorité DP-CSV soutiendra cette démarche. Lundi prochain, le projet de passerelle pour cyclistes et piétons Cents-Neudorf-Weimershof sera soumis au vote, et ce après plus de 15 ans de discussions. Là encore, tous ceux qui ont longtemps bloqué et torpillé le projet devraient se regarder dans le miroir. Rappelons qu’un premier projet avait déjà été approuvé par le conseil communal en 2009. Les représentants du groupe CSV n’avaient alors pas soutenu le projet. Tout cela montre que nous perdons beaucoup de temps et beaucoup d’argent parce que nous ne nous mettons pas en œuvre des projets importants rapidement. Le groupe déi gréng salue l’élaboration d’un plan de mobilité pour la Ville. Cependant, nous craignons que cet instrument intéressant ne soit utilisé comme prétexte pour ne pas prendre les mesures que nous devrions prendre dès maintenant. Le tramway et la passerelle mentionnée sont de tels projets qui auraient dû être réalisés déjà beaucoup plus tôt. Il est important de miser en priorité sur la mobilité douce et les transports publics dans l’espace urbain. Dans ce contexte, le groupe déi gréng a déjà fait de nombreuses propositions : les itinéraires cyclables, les feux de signalisation pour les vélos, la modification de la circulation dans la rue Notre-Dame, la rue du Fossé et le boulevard de la Pétrusse, pour ne citer que ceux-ci. Nous continuerons à faire des propositions concrètes dans les mois et années à venir. Malheureusement, il faut souvent trop de temps pour que la commission compétente, puis le conseil communal, en soient saisis. Certaines de nos propositions sont certes reprises par le collège échevinal, mais souvent pas de manière conséquente. Je tiens à rappeler que, depuis des années, l’aménagement des passages pour piétons se fait sur la base de règles que le collège échevinal a fixées en 2008. Entretemps, un nouveau guide de la circulation a été publié au niveau national. La Ville devrait appliquer les règles de ce guide. Au sein de la commission de la mobilité urbaine, il a été expliqué que les mesures seraient systématiquement appliquées aux abords des écoles, car c’est là que se déplacent les plus vulnérables. Ce que nous mettons en œuvre près des écoles, nous devrions le mettre en œuvre partout. Je suis conscient que chaque passage pour piétons ne pourra pas être adapté du jour au lendemain, mais j’invite le collège échevinal à modifier les critères relatifs à la sécurisation des passages pour piétons et à les appliquer au terrain de la Ville. La Ville doit se doter d’un plan des itinéraires cyclables pour l’ensemble de son territoire. Il ne suffit pas de créer des voies cyclables à et là, il faut qu’il y ait un concept. Le groupe déi gréng a fait des propositions sur la manière d’aménager des pistes cyclables sûres dans toute la ville. Les itinéraires cyclables doivent relier les axes principaux et les quartiers – dans lesquels une modération du trafic doit être réalisée. La nouvelle réglementation pour le parc municipal, où les cyclistes et les piétons doivent se partager les chemins, crée davantage de conflits qu’elle n’en résout. Il serait beaucoup plus important de créer un itinéraire cyclable circulaire pour les cyclistes aux abords du boulevard Prince Henri. Un tel projet est faisable, sous condition que la volonté existe. J’ai déjà mentionné l’itinéraire cyclable dans l’avenue Pasteur. Il serait également important de créer une liaison en direction du Val Ste-Croix et de la rue Léopold Goebel. Quels sont les plans afférents du collège échevinal ? Un point très dangereux se situe aux abords de la rue des Aubépines. Il faut absolument qu’une voie cyclable sécurisée y soit créée sur une bande de stationnement. Monsieur l’échevin Goldschmidt nous avait assurés qu’il ferait analyser cela à nouveau. Y a-t-il du nouveau à ce sujet ? Où en sont les réflexions concernant un itinéraire cyclable sécurisé en direction de Hollerich en passant par l’avenue Marie-Thérèse? À Bonnevoie, un itinéraire cyclable pourrait être mis en place dans la rue des Gaulois. Je suis persuadé qu’il est également possible de trouver une solution pour permettre aux cyclistes de croiser la Rocade de Bonnevoie en toute sécurité. Les études prouvent que le nombre de cyclistes augmente d’environ 20% aux endroits où des itinéraires cyclables sécurisés sont créés. Non seulement les cyclistes profitent d’une bonne infrastructure cyclable, mais tout le monde. Il y a quelques années, une journée sans voiture, ou du moins un début de journée sans voiture a été organisée à Luxembourg-Ville. Il s’agissait d’un événement réussi. En 2019, le groupe déi gréng avait déposé une motion invitant le collège échevinal à lancer une nouvelle édition. La réponse avait alors été négative. Nous continuons à penser qu’il serait intéressant d’introduire une journée sans voiture. Dans ce contexte, la zone sans voitures devrait être plus généreusement délimitée que la dernière fois. Ce que la ville de Bruxelles a réussi à faire, la Ville de Luxembourg devrait également pouvoir le faire. Qu’en pense le collège échevinal ? La règlementation relative au stationnement résidentiel a-telle déjà été révisée? Cela est nécessaire pour réduire le trafic de transit et augmenter la qualité de vie dans les quartiers. Les responsables de la Ville ne se lassent pas de souligner que la Ville joue un rôle de pionnier sur le plan de la participation citoyenne. J’admets que de telles approches existent, mais le groupe déi gréng estime qu’on peut faire beaucoup plus. La participation citoyenne est d’autant plus importante que nous vivons dans une ville multiculturelle où habitent des citoyens de nombreuses nationalités différentes, dont beaucoup n’ont pas encore le droit de vote ou doivent du moins s’inscrire. La participation citoyenne est importante, notamment dans le contexte des grands défis auxquels nous devons faire face (vivre ensemble, protection du climat, logement, etc.). Nous avons besoin d’une participation citoyenne systématique. La ville de Dudelange, par exemple, a eu recours à l’instrument du «Biergerrot » et à celui du «Biergerpanel » pour impliquer les citoyens dans les processus de décision. La majorité DP-CSV devrait sortir du tiroir le budget participatif introduit sous le collège échevinal précédent et mettre en oeuvre cet instrument dans une version optimisée. En tant que député CSV, Monsieur le conseiller Galles a fait l’éloge du budget participatif, et Madame Jana Degrott, femme politique DP, a publié des articles à ce sujet. La participation citoyenne et le budget participatif sont des sujets qui me tiennent très à coeur, et je suis tout à fait disposé à approfondir ce sujet au sein de la commission des finances et de soumettre des propositions concrètes. Afin de thématiser le sujet de la participation citoyenne de manière transversale, la Ville devrait créer le poste de Délégué à la participation citoyenne.

RkJQdWJsaXNoZXIy NTkwNjU=