VDL_RAPPORT_ANALYTIQUE_07_2021_10_12

633 FR SÉANCE DU VENDREDI 10 DÉCEMBRE 2021 à aborder les problèmes ensemble - Ville de Luxembourg, police, ministère de la Santé, ministère de la Famille. La police est consciente de la gravité de la situation. J’aimerais que le ministère de la Santé s’engage davantage. En ce qui concerne les structures «housing First », le ministère de la Famille a également un rôle à jouer. Je ne me lasserai jamais de souligner l’importance des mesures d’urbanisme. Nous avons été informés que la majorité DP-CSV travaille sur un projet de réaménagement et de revalorisation de l’avenue de la Gare. Il va de soi que déi gréng soutiennent un tel projet. Mais je demanderais au collège échevinal d’inclure également dans le projet une revalorisation de la place Wallis et de ses environs. Le fait est qu’à l’heure actuelle, trop de bus y circulent pour permettre une nette revalorisation de cette place et de ses environs. Un grand nombre de ces bus pourraient être déviés vers la Rocade de Bonnevoie. Dans le cadre des grands défis auxquels nous devons faire face, je ne peux m’empêcher d’aborder également le thème de la neutralité climatique. L’objectif prioritaire de l’accord de Paris sur le climat est de limiter le réchauffement de la planète à moins de 1,5 degré. La question se pose donc de savoir quel objectif la Ville de Luxembourg se fixe pour atteindre la neutralité climatique. Au niveau du pays, nous nous sommes fixé un objectif ambitieux. usqu’à présent, le collège échevinal n’a rien laissé filtrer sur la date à laquelle la Ville de Luxembourg souhaite atteindre la neutralité climatique. Ni le plan d’action environnemental 2021 ni un bilan pour l’année 2020 n’ont encore été présentés. Nous ne savons pas encore comment la Ville compte gérer le Pacte climat 2.0 et le Pacte nature. Si l’on considère le bilan du pacte climatique 1.0, on constate que la Ville de Luxembourg se situe dans la moyenne, alors que d’autres villes ou villages ont atteint le standard «or ». Nous devrions maintenant regarder de l’avant et voir comment nous pouvons sortir de cette moyenne et atteindre la neutralité climatique dans les années à venir. Nous devons atteindre cet objectif dans les dix à vingt prochaines années. Comment faire en sorte que la nature prenne plus de place dans l’espace urbain? Les fa ades végétalisées peuvent contribuer à rendre la ville plus attrayante. Les périodes de sécheresse et les inondations nous ont montré qu’une stratégie d’adaptation au climat est nécessaire. Une telle stratégie fait défaut jusqu’à présent. Dans les projets dont nous sommes saisis au conseil communal - qu’il s’agisse de projets de la Ville ou de projets privés - nous constatons régulièrement que nous ne sommes pas à la hauteur en matière de protection du climat et d’adaptation climatique. Nous devons aussi revoir le PAG et le règlement des bâtisses afin de répondre à ces défis. Il y a de plus en plus de jardins de gravier dans la ville. Le groupe déi gréng a déposé une motion relative à l’interdiction des jardins en gravier. Je regrette que les représentants du DP et du CSV au sein de la commission du développement urbain et économique ne soient pas favorables à l’inscription d’une telle interdiction dans notre règlement des bâtisses. Or, je suis persuadé qu’il y a des personnes au sein de la majorité qui seraient en faveur d’une telle interdiction. Nous ne voulons pas de jardins de gravier qui se réchauffent à 50 ou 60 degrés en été. Nous voulons des jardins proches de la nature. Nous voulons de la biodiversité dans nos jardins. Nous devrions interdire les jardins de gravier et aider les citoyens à créer des jardins proches de la nature. Le potentiel reste élevé sur le plan de l’efficacité énergétique et de la production d’énergie. Sur les toits des bâtiments appartenant à la Ville, nous atteignons actuellement tout juste une puissance de pointe de 200 kilowatts, ce qui ne représente que 2% du potentiel : il serait possible d’atteindre 10.000 kilowatts. Cette électricité verte pourrait alimenter environ 9.000 personnes. Faisons donc mieux ! Là encore, la Ville ne doit pas tout assumer seule. D’autres communes montrent le bon exemple en collaborant avec les citoyens ou d’autres acteurs privés. Soutenons les citoyens pour qu’ils fassent installer des panneaux photovoltaïques sur leur toit. Je constate une fois de plus que la rénovation énergétique des bâtiments communaux ne progresse pas. Il manque un plan ! J’ai été surpris de constater que la Ville se montre plutôt réticente à l’idée d’électrifier notre parc de véhicules. La Ville dispose de solides réserves. Il serait donc judicieux d’électrifier le parc automobile de la Ville le plus rapidement et de la manière la plus innovante possible. Il était décevant d’entendre en commission que l’on souhaite aborder ce sujet tranquillement. Monsieur l’échevin Goldschmidt peut me détromper et me dire que nous avons mal compris les choses et que la Ville veut électrifier tout son parc de véhicules le plus rapidement possible. Lundi dernier, la question a été posée de savoir comment la Ville comptait se positionner en matière de réseaux de gaz. déi gréng ont souligné à plusieurs reprises que la Ville devait être plus proactive dans l’installation de bornes de recharge pour véhicules électriques. Il est toujours facile de pointer du doigt l’entreprise Creos. La Ville devrait se doter d’une stratégie claire en matière de consommation de gaz, de mazout et de bornes de recharge pour véhicules électriques, dans le but de sortir à plus long terme du gaz et du mazout. Je salue le fait que la Ville prévoit l’introduction de subsides pour encourager les citoyens dans la transition écologique et que le collège échevinal tient désormais compte d’un amendement du budget pour introduire un subside pour photovoltaïque déposé par déi gréng, amendement qui avait encore été rejeté par la majorité l’année dernière. Je suis sûr que Monsieur l’échevin Goldschmidt pourra nous donner de plus amples informations à ce sujet lundi prochain. Nous saluerions également l’introduction d’une prime à l’achat d’un vélo cargo - une question y relative de Madame la conseillère Margue est prévue à l’ordre du jour de la séance du conseil communal de lundi prochain. Il y a deux ans, le groupe déi gréng avait déposé une motion avec des propositions et des revendications concrètes en vue de réduire les déchets et d’augmenter le taux de recyclage. Nous avons proposé une réforme de la taxe sur les déchets. Les citoyens devraient être récompensés pour produire moins de déchets moyennent le calcul de la taxe sur les déchets en fonction du poids ou de la fréquence de vidange. Il est regrettable que le collège échevinal ne veuille pas s’engager dans cette voie. déi gréng se sont prononcés en faveur d’une stratégie zéro déchet lors des manifestations organisées par la Ville. Malheureusement, il n’y a pas d’avancées dans ce domaine. déi gréng ont soutenu l’adhésion de la Ville au syndicat intercommunal «Minettkompost ». Cette adhésion ne nous aidera cependant pas à réduire les déchets et à augmenter le taux de recyclage. Pour y parvenir, il faut s’attaquer de manière plus déterminée à la racine du problème. Il y a deux ans déjà, déi gréng avaient présenté une motion sur l’urgence de s’attaquer à la crise climatique. Cette motion, qui s’inspirait de la motion afférente du «Klimabündnis», n’a toujours pas été discutée par la commission consultative compétente. Dans quel tiroir cette motion a-t-elle été rangée? La crise climatique et la mobilité ne peuvent pas être abordées séparément. Depuis 2021, le tramway circule sur le trajet Kirchberg - Gare centrale. En 2021, nous avons également pu

RkJQdWJsaXNoZXIy NTkwNjU=