VDL_RAPPORT_ANALYTIQUE_07_2021_06_12

599 FR SÉANCE DU LUNDI 6 DÉCEMBRE 2021 très fréquenté, ce qui nuit à la qualité de vie des habitants. La station-service ne contribue pas non plus à l’embellissement de cette zone. À notre avis, il est judicieux de classer monuments nationaux les bâtiments en question. Le classement comme monument national ne signifie pas qu’aucune modification ne soit possible, mais que toute modification doit être réalisée dans le respect de l’existant. La Ville devrait veiller à ce que les améliorations urbanistiques soient mises en œuvre le plus rapidement possible. Une future déviation de la route est déjà inscrite au PAG de la Ville et le fonctionnaire dirigeant du service concerné nous a informés qu’une telle mesure pourrait être réalisée assez rapidement. Nous estimons donc que le collège échevinal devrait veiller, dans l’intérêt de la qualité de vie de tous les habitants du quartier, à détourner le trafic et à créer une zone de rencontre dans les meilleurs délais. L’emplacement de la station-service permettrait de réaliser un projet qui s’intègre dans le quartier. Il serait également utile de réaménager la Place Dargent. En ce qui concerne les infrastructures pour les cyclistes, il y a également un grand besoin de rattrapage. Un axe important de liaison nord-sud pour les cyclistes passe par ici et il serait aussi important de relier le quartier de Mühlenbach au réseau de pistes cyclables. Il existe des plans pour la renaturation de l’Alzette et des mesures concrètes pourraient également être prises dans ce contexte sur le site dont il est question ici. Le groupe déi gréng en appelle au collège échevinal de mettre en œuvre dans les meilleurs délais un réaménagement général de l’espace public aux abords des bâtiments concernés, qui devraient être classés monuments nationaux. Monsieur Tom KRIEPS (LSAP) : Je peux me rallier aux déclarations de Monsieur le conseiller Benoy. Les bâtiments adjacents au 8, rue d’Eich sont des maisons de style néogothique. Je constate que notre service parle d’un bâtiment digne de protection, même si l’architecture intérieure de la maison n’est plus identique à l’architecture intérieure de l’époque de construction de la maison. Je propose, en ce qui concerne ce bâtiment, que nous nous prononcions tout de même en faveur d’un classement en tant que monument national. En ce qui concerne le bâtiment situé 3, rue Auguste Laval, je suis également d’avis que cela ne signifie pas que lorsqu’un bâtiment est classé monument national, on ne puisse plus rien faire. Cela signifie qu’il faut consulter les autorités nationales et trouver une solution. Il se peut qu’il y ait un manque de communication entre la Ville et les autorités publiques compétentes, mais je n’ai en aucun cas l’impression que le classement de bâtiments comme monuments nationaux conduise à un blocage éternel des projets. Par le passé, il a toujours été indiqué que l’on ne souhaitait pas protéger des bâtiments isolés en tant que témoins de leur époque, mais des ensembles architecturaux. Le numéro 8 de la rue d’Eich fait à mon avis bel et bien partie d’un tel ensemble et devrait par conséquent être classé monument national. Le terme de «monument national », qui fait souvent rire la majorité de cette assemblée, peut sembler désuet, mais il ne faut pas le tourner en ridicule, même si je dois admettre qu’un texte de loi adapté se fait attendre. Madame Ana CORREIA DE VEIGA (déi Lénk) : Nous nous rallierons à l’avis des services communaux proposant de classer monuments nationaux les bâtiments sis 10, 12, 14, 16, rue d’Eich et 1, rue Munchen-Tesch. Nous sommes heureux que ces bâtiments, témoins de leur époque, soient considérés comme dignes de protection. Concernant le bâtiment 8, rue d’Eich, nos services ont émis des avis différents. Alors que le Service Urbanisme estime que le bâtiment est digne de protection, le Service Bâtiments ne partage pas cet avis. Le groupe déi Lénk est d’avis que certains bâtiments sont dignes de protection, même s’ils ne remplissent pas les critères de la perfection absolue. La maison 8, rue d’Eich, est une maison qui a tout de même 250 ans et qui tient toujours. Si l’on regarde les nouveaux bâtiments en construction, il semble légitime de se demander s’ils auront une durée de vie aussi longue. En outre, la maison en question fait partie d’un ensemble. Le groupe déi Lénk ne se ralliera pas à la proposition du collège échevinal d’émettre un avis négatif concernant le bâtiment 8, rue d’Eich. Concernant le bâtiment situé 3, rue Auguste Laval, nous nous rallierons à la proposition du collège échevinal d’émettre un avis négatif. Le classement d’un immeuble comme monument national vise à garantir qu’un bâtiment ne soit pas démoli, ce qui n’empêche pas le remplacement d’ «éléments pourris». Madame le bourgmestre Lydie POLFER : Il m’importe de préciser que la Ville a reconnu la valeur historique et architecturale de ces bâtiments bien avant le ministère de la Culture. Je voudrais rappeler que ces bâtiments sont déjà inscrits dans un «secteur protégé des ensembles sensibles» du PAG. Certains intervenants réagissent comme si le collège échevinal passait outre l’avis d’un service. Ce n’est pas le cas. Je cite l’avis de la commission consultative : «Les services Urbanisme et Bâtiments ne se rallient pas à l’expertise du Ministère de la Culture pour l’immeuble sis 8, rue d’Eich, en relation avec la valeur artistique, historique, locale et sociale de cet immeuble pour le quartier d’Eich. Il est dès lors proposé au conseil communal d’aviser défavorablement le classement comme monument national de l’immeuble sis 8, rue d’Eich. » Cela correspond à ce qui a été établi lors d’un entretien entre le collège échevinal et nos services. Le collège échevinal n’impose pas d’avis aux services et ne passe pas outre l’avis professionnel d’un service. Lors de la discussion menée avec nos services, nous avons examiné calmement, cartes à l’appui, la proposition du ministère et les expertises réalisées par nos services. Les fonctionnaires de nos services ont exposé leurs arguments en faveur d’un avis négatif concernant les maisons 8, rue d’Eich, et 3, rue Auguste Laval. Leurs arguments étaient valables. Les avis négatifs ne changeront rien au fait que les bâtiments en question soient protégés par le PAG de la Ville. Monsieur l’échevin Serge WILMES : Le souhait d’une revalorisation de l’ancien centre d’Eich a été exprimé. Dans ce contexte, personne n’a besoin de lancer un appel au collège échevinal. À l’initiative de la Ville de Luxembourg et en coopération avec le ministère des Transports et avec l’Administration des ponts et chaussées, une étude a été menée concernant le réaménagement urbanistique de l’espace public situé aux abords de la rue d’Eich. Il reste encore beaucoup de travail de détail à effectuer, de sorte qu’un tel projet ne peut pas encore être mis en œuvre immédiatement. Monsieur François BENOY (déi gréng) : Les documents qui nous ont été transmis avant la réunion de la commission indiquent, je cite : «… que le service ne s’oppose pas à une protection en tant que monument national de l’immeuble 8, rue d’Eich. » Madame le bourgmestre Lydie POLFER : Il faut également lire le texte qui précède et qui suit la citation. Au sein de la commission, les représentants du service ont clairement exposé leur point de vue, ce qui est également reflété ainsi dans le rapport de la commission.

RkJQdWJsaXNoZXIy NTkwNjU=