VDL_RAPPORT_ANALYTIQUE_07_2021_06_12

DE SÉANCE DU LUNDI 6 DÉCEMBRE 2021 FR 592 doivent s’adresser lorsqu’ils se retrouvent dans des situations dépassant leur champ de compétences. Au sein de la commission, nous avons appris que les personnes recrutées dans la carrière C1 connaissent bien les quartiers mentionnés et étaient actives dans le cadre du projet «Streetsport ». L’approche de la problématique est absolument louable. Notre groupe soutient entièrement l’offre sociale diversifiée de la Ville. Lors de la présentation des résultats du monitoring social, nous recevrons certainement de nombreuses informations précieuses sur la base desquelles nous pourrons continuer à développer notre travail sur le plan social. Madame Héloïse BOCK (DP) : Les riverains saluent le projet «A vos côtés», un projet qui leur fournit en partie des réponses qu’ils ont cherché à obtenir en vain par d’autres moyens. Je ne peux que saluer que le projet soit étendu vers le quartier de Bonnevoie, respectivement à deux ou trois rues adjacentes au quartier de la Gare. Depuis 2013, les citoyens ne se lassent pas de faire part de la situation inacceptable. J’espère que nous réussissions à venir à bout des problèmes et que nous n’aurons plus besoin dans quelques années de ce pansement que constitue le projet «A vos côtés» – même s’il s’agit d’un projet sympathique et précieux. Je considérerais comme un échec si, dans trois ou quatre ans, on avait toujours besoin d’ «A vos côtés», car cela signifierait que la situation ne se serait pas améliorée. Lors de la réunion, la Police grand-ducale a déclaré qu’il pourrait être utile pour les citoyens de participer à des cours d’auto-défense. On devrait arrêter de faire de telles déclarations. Il n’est pas acceptable que les citoyens doivent suivre des cours du soir pour pouvoir se défendre après l’arrêt des patrouilles de l’entreprise de sécurité privée. Madame Christa BRÖMMEL (déi gréng) : Trois postes supplémentaires sont créés. Les arguments avancés par l’association pour ces créations de postes étaient compréhensibles. Mais il était également important d’entendre de la part de l’association elle-même qu’elle ne cherche pas à se développer rapidement. Car le défi consiste à bien intégrer les nouveaux collaborateurs dans l’équipe tout en garantissant la qualité du travail. Je souhaiterais qu’ «A vos côtés» devienne la base de quelque chose qui aille au-delà d’une réaction à des situations considérées comme gênantes par les habitants, par exemple des sans-abris dans l’entrée des immeubles - sans vouloir nier le fait que cette situation est difficile pour les citoyens qui la vivent au quotidien. Nous devons dons réfléchir à la manière de développer, à partir du travail effectué dans les quartiers de la Gare, de Bonnevoie et dans d’autres quartiers, des structures et des projets pour que les citoyennes et les citoyens puissent s’impliquer davantage. Lors de la réunion publique, la Police grand-ducale a mentionné qu’elle propose des cours d’auto-défense. On peut certainement interpréter cette déclaration de différentes manières. Les cours d’auto-défense ne sont certainement pas la réponse la plus importante aux problèmes qui se posent dans le quartier de la Gare, mais ils peuvent constituer une pièce du puzzle. Outre la nécessité de décentraliser les structures sociales, il s’agit également de faire nos devoirs dans d’autres domaines, notamment dans le domaine de l’urbanisme et plus particulièrement un aménagement de l’espace public attrayant et axé sur le vivre-ensemble. Tant lors de la réunion publique que lors de la réunion de la commission, il a été proposé d’apporter encore plus de culture dans les quartiers, des offres culturelles qui suscitent l’intérêt aussi bien des riverains que des personnes qui viennent de l’extérieur. Le groupe déi gréng soutient le projet «À vos côtés», mais nous estimons qu’il devrait se développer. Concernant le concept du projet, il a été souligné expressément que les interventions ont lieu dans l’intérêt de «personnes à grande vulnérabilité». En commission, nous avons appris que de nombreuses interventions ont lieu à la demande de commerçants. Les commerçants sont-ils à considérer comme des personnes très vulnérables? Le collège échevinal reçoit-il également des demandes de ce genre de la part de commerçants d’autres quartiers? Madame Ana CORREIA DA VEIGA (déi Lénk) : Le projet «À vos côtés» a son siège principal dans la rue de Strasbourg. Le groupe déi Lénk estime que la Ville est sur le bon chemin avec ce projet. Les quartiers de la Gare et de Bonnevoie comptent parmi les quartiers les plus sensibles. C’est pourquoi il faut saluer le fait que le projet reçoive trois collaborateurs supplémentaires et que l’offre ainsi que les heures d’intervention soient élargies. Je voudrais saisir l’occasion pour rappeler au collège échevinal que le servioe «À vos côtés» n’est qu’une pièce du puzzle. Pour que le quartier de la Gare retrouve sa joie de vivre, il serait important d’y remédier non seulement par des services sociaux, mais aussi par des mesures d’urbanisme. Au-delà des commerces et des restaurants, il faut qu’il y ait des offres qui attirent les gens et les incitent à y passer leur temps libre. Nous participons à des cours de premiers secours parce que nous estimons qu’une situation peut se présenter dans laquelle nous pouvons sauver la vie d’un être humain. Alors pourquoi ne pas suivre également un cours d’autodéfense pour savoir comment se sortir d’une situation qui dégénère? Je ne veux pas dire que cela représente la solution, mais de tels cours peuvent contribuer à rendre les gens plus sûr d’eux-mêmes. C’est une compétence qui peut toujours être importante, que ce soit au Luxembourg ou à l’étranger. Le nettoyage plus fréquent des rues et places dans ces quartiers sensibles pourrait être une mesure supplémentaire. Il faudrait peut-être aussi plus d’agents municipaux sur le terrain - il n’est pas toujours nécessaire que ce soient des policiers ou des agents de sécurité privés. La présence d’agents municipaux portant des uniformes avec le logo de la Ville peut avoir des répercussions positives sur le ressenti des gens. Madame la conseillère Brömmel vient de le mentionner : pourquoi ne pas créer des synergies entre les citoyens, les commerçants et les restaurateurs? La «Fête des voisins» a lieu une fois par année. On pourrait organiser une telle fête deux ou trois fois par an. Il faut que les citoyens puissent participer aux décisions, qu’ils puissent dire quelles sont les offres qui, selon eux, manquent dans leur quartier, afin qu’ils se sentent valorisés, écoutés. Sans aucun doute, le sujet de la sécurité joue un rôle important dans le quartier de la Gare, mais les offres culturelles, les crèches et d’autres structures contribuent également à animer un quartier. La Ville d’Esch-sur-Alzette, par exemple, a fait peindre des graffitis sur des murs gris. Une telle mesure peut être réalisée rapidement et facilement. Nous disposons au Luxembourg d’un certain nombre de graffeurs et d’autres artistes qui, par leur art, apportent de la couleur dans les quartiers de la Gare et de Bonnevoie. Monsieur l’échevin Maurice BAUER : Merci pour vos réactions positives et votre soutien au projet «À vos côtés». Nous sommes fiers d’avoir pu mettre en oeuvre ce projet il y a un an et demi, car il s’agit d’un élément important du travail de quartier. Le projet complète le travail des 18 travailleurs de rue actifs sur le territoire de la Ville et qui collaborent étroitement avec les agents d’ «À vos côtés». Lorsque les habitants,

RkJQdWJsaXNoZXIy NTkwNjU=