VDL_RAPPORT_ANALYTIQUE_07_2021_06_12

583 FR SÉANCE DU LUNDI 6 DÉCEMBRE 2021 Un grand complexe scolaire sera créé à Dommeldange et une nouvelle école sera réalisée dans le quartier de la Gare (rue Glaesener). La Ville investit dans la jeunesse par des subsides ainsi que par la mise à disposition de matériel et de locaux. Je voudrais rappeler que deux nouveaux homes pour scouts seront construits, l’un dans la rue de Gibraltar et l’autre dans la rue de la Montagne. Une ville où il fait bon vivre est en outre une ville où l’on aide les personnes qui vont moins bien. Les services de la Ville jouent un rôle important sur le plan social. Je voudrais rappeler des projets récents tels que le projet «housing first » dans la structure «Haus 1», la mise à disposition gratuite de produits d’hygiène dans les toilettes publiques et le service «À vos côtés» mis en place avec l’association Inter-Actions, un projet qui est mis en oeuvre aussi bien dans le quartier de la Gare que dans le quartier de Bonnevoie avec l’objectif de désamorcer des conflits et d’assister les citoyens qui ont besoin d’aide. Comme nous avons eu l’occasion de le constater la semaine passée, la sécurité reste un grand problème dans certains quartiers de la Ville. On ne saurait reprocher à la Ville de rester inactive dans ce domaine - bien au contraire : la Ville fait de son mieux pour maîtriser la situation et soutenir les habitants du quartier de la Gare. Mais elle ne peut pas le faire seule. L’urbanisme joue un rôle important dans ce contexte. Des projets tels que le réaménagement de la place de Paris et de la place de Strasbourg, ainsi que de la rue de Hollerich devraient contribuer à attirer à nouveau plus de monde dans le quartier de la Gare. Une ville où il fait bon vivre est aussi une ville où les gens peuvent se déplacer de manière sûre, rapide et simple. La Ville a lancé la procédure d’élaboration du plan de mobilité. La passerelle destinée à la mobilité douce au-dessus du Neudorf contribuera à améliorer la mobilité. D’une manière générale, l’accent doit être mis sur des transports publics performants et sur des itinéraires sûrs pour les piétons et les cyclistes. L’installation d’éclairages LED au niveau des passages pour piétons est systématiquement poursuivie. À l’heure actuelle, le Service Circulation est en train de réaliser une analyse des différents passages pour piétons en vue d’améliorer la visibilité des piétons. L’installation de bornes escamotables au centre-ville permettra d’améliorer encore la sécurité des piétons. Il faut également poursuivre la sécurisation des voies cyclables. Certains itinéraires cyclables qui entrent et sortent de la ville, par exemple l’avenue Marie-Thérèse, doivent être traités de manière prioritaire. Il faut aussi analyser quelles améliorations peuvent être réalisées pour les cyclistes dans le cadre des travaux de renouvellement des réseaux souterrains. En ce qui concerne les transports en commun, nous devons réfléchir à la manière d’utiliser au mieux les nouvelles technologies. La Ville a déjà participé à un projet test avec des bus à hydrogène. Depuis, la technologie du moteur à hydrogène a fait des progrès. Il serait donc judicieux de se pencher à nouveau sur le thème des bus à hydrogène. Au niveau de la mobilité individuelle, il faudrait également s’atteler au plus vite à la planification d’une station-service d’hydrogène sur le territoire de la Ville. Une ville où il fait bon vivre est une ville écologique. La réduction des déchets et le recyclage jouent un rôle important dans ce contexte. 8,3 millions d’euros sont prévus pour l’adhésion de la Ville au syndicat «Minettkompost ». Les citoyens se voient ainsi offrir un plus large éventail de possibilités de recyclage des déchets. Dans ce contexte, il est également judicieux de réfléchir à la manière de réaliser des principes supplémentaires de l’économie circulaire. Il serait possible, par exemple, de réaliser le projet d’un «Repair Café» sur le territoire de la capitale. L’ancien bâtiment des pompiers sur la route d’Arlon pourrait être utilisé à cette fin, en attendant que la réalisation du PAP «Route d’Arlon» se concrétise. La Ville doit également faire des efforts internes pour réduire sa consommation en ressources énergétiques. La rénovation énergétique de bâtiments communaux peut y contribuer de manière significative. En outre, le collège échevinal a décidé de soutenir financièrement les citoyens de la Ville qui souhaitent s’engager dans cette voie. Le budget prévoit un million d’euros à cette fin. Je suppose que nous recevrons bientôt des détails à ce sujet. Une ville où il fait bon vivre est une ville qui saisit les opportunités de la numérisation pour faciliter la vie aux citoyens. Un certain nombre de formalités peuvent désormais être effectuées en ligne, mais une stratégie globale fait encore défaut. Un groupe de travail est en train de développer une telle stratégie. Parallèlement, la Ville a réalisé un inventaire des projets relatifs à l’objectif «smart city», afin de développer également une stratégie y relative, la numérisation n’étant qu’un des piliers dans ce contexte. Nous avons besoin d’une stratégie pour une ville connectée et efficace sur le plan énergétique, où les ressources sont utilisées de manière optimale. Derrière les chiffres indiqués dans le budget, il y a donc des mesures concrètes, qui ont un impact sur les gens vivant dans la ville. Le budget nous donne les moyens d’assurer que notre ville reste une ville où il fait bon vivre et qui est accessible. Parfois les projets n’avancent pas aussi vite que nous le souhaitons, soit en raison d’obstacles administratifs, soit en raison de problèmes pour obtenir le matériel nécessaire ou pour trouver les personnes ou les firmes qu’il faut. Néanmoins, nos collaborateurs sont à pied d’œuvre jour après jour dans l’intérêt de nos citoyens et pour transposer les priorités politiques. Le déficit du budget est nécessaire si nous voulons continuer à faire avancer nos priorités politiques et à assurer à long terme la qualité de vie des citoyens de la Ville Dans le budget, il y en a pour tout le monde, de sorte que nous soutenons pleinement ce budget. Pour conclure, je voudrais remercier le Service Financier de son soutien précieux lors de l’élaboration de ce rapport. Un grand merci aussi aux membres de la commission des finances, au collège échevinal et à mes collègues du groupe CSV. Je tiens à remercier tout particulièrement Monsieur le Premier échevin et la présidente de notre groupe qui m’ont assistée dans ce projet. Monsieur l’échevin des finances Laurent MOSAR : Je tiens également à remercier tous les acteurs impliqués, en particulier le Service Financier, le Service Recette et la rapporteuse du budget de cette année, Madame Elisabeth Margue. Le rapport budgétaire de Madame la conseillère Margue se situe au même niveau élevé que les rapports des années précédentes. Madame Margue a très bien résumé les grands défis auxquels la Ville est confrontée, notamment en matière de qualité de vie et de mobilité. Merci également à mes collègues du collège échevinal pour leur collaboration toujours constructive et la bonne ambiance qui règne au sein du collège échevinal ainsi qu’au sein de l’ensemble de la

RkJQdWJsaXNoZXIy NTkwNjU=