VDL_RAPPORT_ANALYTIQUE_07_2021_06_12

DE SÉANCE DU LUNDI 6 DÉCEMBRE 2021 FR 582 fonctionnement de ces structures. Cette comparaison prouve que nous avons agi de manière responsable pour maintenir un cadre beau et agréable dans notre ville, avec toutes les possibilités, tous les services et toutes les activités culturelles que les citoyens recherchent. Tout cela est expliqué de manière beaucoup plus détaillée dans le rapport budgétaire. C’est pourquoi je passe la parole à Madame la conseillère Margue pour nous présenter le rapport de la commission des finances. Rapport de la commission des finances Madame Elisabeth MARGUE, rapportrice (CSV) : C’est un grand plaisir pour moi de présenter aujourd’hui le rapport de la commission des finances relatif au projet de budget 2022, au budget rectifié 2021 et aux comptes 2020. La situation financière de la Ville est bonne. La pandémie a certes un impact, mais celui-ci n’est pas aussi important qu’on eût pu le craindre, étant donné que la pandémie n’a pas entraîné de crise économique. Les prévisions macroéconomiques sur le plan national sont favorables. La reprise est cependant caractérisée par des prix de l’énergie élevés, un manque de matières premières et une légère inflation. Dès lors, les chiffres du projet de budget 2022, du budget rectifié 2021 et des comptes 2020 sont favorables. L’exercice 2020 ne se solde pas par le déficit redouté, mais par un excédent d’un demi-million d’euros. L’impact de la pandémie est surtout perceptible du côté des recettes des services dont les activités étaient fortement limitées en raison de la pandémie, comme p.ex. le théâtre ou le Service Espace Public, Fêtes et Marchés. Du côté des dépenses 2021, il s’agit de souligner les nombreuses mesures prises par le collège échevinal pour soutenir le commerce. J’y reviendrai. Les retards dus à la crise sanitaire ont également eu des répercussions sur les dépenses de la Ville. L’évolution du budget 2021 est également favorable. Le budget 2021 ne se solde pas par le résultat négatif attendu de 156,1 millions d’euros, mais par un déficit de 28 millions d’euros seulement. Le budget 2022 est fondé sur l’hypothèse de base que la situation se normalisera quelque peu en 2022. Mais une bonne situation financière signifie-t-elle également que les citoyens de la Ville se portent bien? Je me suis également intéressée au bien-être des citoyens dans mon rapport. Le Statec calcule depuis quelques années le «PIBienêtre» sur la base de critères non monétaires, prenant en considération des indicateurs tels que le taux de chômage et la surface habitable par personne, par exemple. Le Statec a proposé dans ce cadre des moyens d’action permettant aux acteurs locaux d’augmenter le bien-être des citoyens, p.ex. la création de zones vertes, de zones piétonnes et de transports publics efficaces. La politique doit tenir compte des changements d’habitudes causés par la pandémie. L’élaboration du budget permet d’évaluer à nouveau les priorités du collège échevinal. Les investissements doivent être maintenus à un niveau élevé si nous voulons garantir le bien-être de nos citoyens à long terme et si nous voulons rester une ville où il fait bon vivre. Le budget extraordinaire 2022 prévoit des dépenses de 139,8 millions d’euros pour les infrastructures (+ 15,3% par rapport au budget 2021). Pour ne citer que quelques exemples des investissements prévus : –– 14 millions d’euros : station d’épuration de Beggen –– 9,6 millions d’euros : réaménagement de la place Guillaume II –– 4 millions d’euros : extension de l’école Anne Beffort –– 5 millions d’euros : château d’eau Kirchberg. Je voudrais aussi souligner que 40millions d’euros sont prévus pour l’acquisition de terrains supplémentaires afin de mettre en oeuvre une des principales priorités, à savoir la création de logements, notamment de logements à prix abordables et de logements sociaux. Depuis 2019, la Ville a construit, en tant que maître d’ouvrage, 126 nouveaux logements, et le conseil communal a donné son feu vert pour la réalisation d’une centaine de logements supplémentaires. Cela peut sembler peu, mais pour un parc d’environ 800 logements locatifs, cela représente une progression impressionnante. Parallèlement aux projets pour lesquels la Ville est le maître d’ouvrage, la Ville accompagne également une série de projets privés, par exemple le PAP «Laangfur » et le projet «Place de l’Étoile». Par le biais de grands projets tels que ceux de la route d’Arlon, du site Villeroy&Boch et de la Porte de Hollerich, la Ville s’efforce à contribuer au développement urbanistique de la capitale et mettre les bons accents pour améliorer la qualité de vie des citoyens. Si nous voulons renforcer le bienêtre, cela signifie que nous voulons renforcer également la cohabitation des citoyens dans la ville. Une ville où il fait bon vivre, c’est une ville où les gens se rencontrent. Favoriser les rencontres entre les citoyens est donc une priorité politique claire. La création de places publiques, comme par exemple le réaménagement de la place de Paris, et d’espaces verts, comme par exemple le nouveau parc à Gasperich, joue un rôle important. Les enfants se rencontrent sur des aires de jeux. Certains projets intéressants seront réalisés, p.ex. le réaménagement de l’aire de jeux au Bambësch ou de celle dans le parc de Merl, ou encore la rénovation du «bateau pirate» dans le parc municipal. La Ville propose un vaste programme culturel dans le respect des mesures sanitaires, avec des offres pour tout le monde, par exemple «Kiermes wéi fréier » et «D’Stad liest ». La Ville fait de grands efforts pour maintenir l’attractivité du commerce. Des propriétaires privés suivent l’exemple de la Ville en louant des espaces commerciaux pour la création de pop-up-stores. Afin d’aider les commerçants pendant la crise sanitaire, la Ville renonce depuis deux années aux taxes pour les terrasses (285 terrasses). En 2020, elle a payé des aides directes de 4.000 euros par commerce et une aide indirecte de 1.099.000 euros par l’action des bons d’achat. Pendant le confinement, elle a renoncé à des loyers d’une valeur totale d’environ 330.000 euros. Évidemment, le bien-être des enfants est très important pour nous. La Ville investit dans la création de crèches communales supplémentaires. Une crèche est construite dans le quartier de Cents, une autre crèche est prévue dans la rue Pierre d’Aspelt. Il y a actuellement 416 places dans les crèches de la Ville, deux fois plus qu’il y a dix ans. La Ville travaille constamment à la construction et à l’extension d’écoles et de foyers scolaires et à la réduction des listes d’attente.

RkJQdWJsaXNoZXIy NTkwNjU=