VDL_RAPPORT_ANALYTIQUE_07_2021_06_12

581 FR SÉANCE DU LUNDI 6 DÉCEMBRE 2021 Madame le bourgmestre Lydie POLFER préside la séance. Le conseil est en nombre. En séance publique I. DÉBORDEMENTS LORS D’UNE MANIFESTATION CONTRE LES MESURES SANITAIRES ANTI-COVID Suite aux débordements survenus en date du 4 décembre 2021 lors d’une manifestation contre les mesures sanitaires prises dans le cadre de la pandémie de Covid-19, Madame la conseillère Konsbruck (CSV) a déposé une question urgente à ce sujet. Madame Claudine KONSBRUCK (CSV) : Le samedi 4 décembre, il y a eu des débordements graves dans le cadre d’une manifestation contre les mesures sanitaires liées à la Covid-19 mises en place par le Gouvernement. L’appel à manifester avait été lancé via les réseaux sociaux. Les manifestants se sont déplacés du Glacis vers le centre-ville pour se rendre ensuite au domicile du Premier Ministre à Bonnevoie. La manifestation avait-elle été autorisée? Qui en étaient les organisateurs? Plusieurs faits commis par les participants et relatés par les médias sont susceptibles de recevoir une qualification pénale. Le Parquet sera-t-il saisi ? De quels moyens la Ville dispose-t-elle pour prévenir, voire encadrer de telles manifestations? Comment la Ville compte-t-elle éviter que cela ne se reproduise? Madame le bourgmestre Lydie POLFER : La liberté de manifester est inscrite dans la Constitution, mais les manifestations doivent être encadrées par la force publique, c.-à-d. par la Police grand-ducale. J’étais à l’Hôtel de Ville le samedi, 4 décembre, lorsqu’une foule de plus en plus nombreuse se dirigeait vers le Palais grand-ducal et la Chambre des Députés en passant par la Rue Notre-Dame. J’ai immédiatement contacté les responsables des marchés de Noël de la place d’Armes et de la place de la Constitution pour que les forains ferment leurs chalets. Je me suis rendue à la place d’Armes pour prévenir les personnes qui effectuaient le Covid check à l’entrée du Marché de Noël et leur demander de ne pas refuser l’accès aux manifestants afin d’éviter toute escalade de la situation. Un forain m’a demandé de ne pas rester sur place, car la situation risquait de devenir dangereuse. Je me suis alors rendue au premier étage du Cercle municipal et j’ai filmé la scène qui se présentait devant moi. Les événements étaient très effrayants. La foule déchaînée a envahi le marché de Noël, dont les chalets étaient heureusement fermés. Les manifestants y restaient pendant une vingtaine de minutes avant de quitter les lieux, accompagnés par la Police grandducale. Les manifestants se dirigeaient ensuite en direction du boulevard Royal et de la Gare centrale. Au cours de ma longue carrière politique, je n’ai jamais vécu des moments aussi tendus. La moindre provocation aurait pu avoir de graves conséquences. Le pire a été évité : personne n’a été blessé et les dégâts matériels sont restés très limités. Je tiens à saluer le fait que tous les partis politiques aient condamné les débordements survenus lors de la manifestation. Il est inadmissible d’attaquer les politiques en tant que personnes privées. Cela dépasse tout ce que l’on peut imaginer d’une société démocratique. Ce matin le collège échevinal a eu une entrevue avec le ministre de la Sécurité intérieure et le Parquet afin de discuter des moyens dont dispose la Police pour trouver les délinquants, pour encadrer au mieux les manifestations futures et pour éviter que des événements pareils ne se reproduisent. Les infractions constatées devront être poursuivies par le Parquet. De tels débordements ne sont pas compatibles avec la société luxembourgeoise. Le fait de pouvoir exprimer son désaccord avec les décisions prises par les responsables politiques fait partie des bases de la société démocratique, mais cela ne peut se faire que dans un cadre qui respecte les droits et les libertés des autres. L’atmosphère qui régnait sur le marché de Noël quand les familles ont dû quitter tout à coup les lieux n’aura pas laissé un bon souvenir aux visiteurs. Mais l’évacuation du marché de Noël était la seule bonne décision, car le risque que la situation dégénère était réel. La Ville suivra l’évolution de la situation en collaboration avec le ministère de la Sécurité intérieure, la Police grand-ducale et le Parquet. Nous resterons en contact avec les organisateurs d’autres manifestations, notamment la «Marche blanche» et la «Polonaise solidaire», qui se sont toujours déroulées de manière paisible. J’espère que le weekend prochain sera plus paisible que le précédent. II. FINANCES DE LA VILLE LUXEMBOURG Madame le bourgmestre Lydie POLFER : L’année 2021 a été une nouvelle année difficile, mais nous avons réussi à bien la gérer, grâce à la bonne coopération de tous les acteurs, aussi bien sur le plan sanitaire qu’économique. Monsieur l’échevin en charge des finances Laurent Mosar reviendra plus en détail sur les efforts du collège échevinal pour aider tous ceux qui ont beaucoup souffert de la crise du Covid-19 - les restaurants et cafés, qui ont dû fermer leurs portes pendant longtemps, les magasins, les théâtres, etc. Je voudrais rappeler l’action des bons d’achat, le gel des taxes sur les terrasses et des loyers pour des surfaces commerciales appartenant à la Ville. Nous traversons une période très difficile et ce n’est qu’en veillant les uns sur les autres qu’il sera possible de la traverser le mieux possible. Nous avons fait de notre mieux, et cela se reflète également dans le budget. D’un côté, il y a des dépenses qui n’étaient pas prévues, et d’un autre côté, il y a des investissements que nous n’avons pas pu faire comme prévu, notamment en raison du manque de matières premières ou de main-d’œuvre. Plus de 400 millions d’euros de dépenses extraordinaires étaient prévus au budget 2021, alors qu’il semble qu’il y en ait actuellement un peu plus de 300 millions, et que les comptes pourraient montrer au cours de l’année prochaine que le montant final est encore plus bas. Les raisons ne sont pas dues à un manque de volonté politique, mais aux conditions provoquées par la pandémie. Le projet de budget 2022 montre la volonté politique de ce collège échevinal de maintenir un niveau d’investissement élevé. La Ville continue à se développer, de sorte que de nouvelles infrastructures devront être créées. J’aimerais aborder brièvement le développement du personnel. 4.343 personnes travaillent pour la Ville, contre 3.673 personnes il y a 10 ans. Cette augmentation du personnel est en accord avec le développement de la Ville, sachant que la population a augmenté de 28,71% entre le 1er janvier 2012 (96.750 habitants) et le 1er janvier 2021 (124.528 habitants), alors que le nombre d’employés de la Ville n’a augmenté que de 18% pendant la même période. Si on prenait en compte le personnel des pompiers, qui ont été intégrés au CGDIS, la progression du personnel serait de 23,17%. La progression du personnel resterait donc inférieure à celle de la population. Nous ne pouvons pas dire que nous ayons besoin de plus de crèches et de foyers scolaires sans veiller à créer les ressources humaines nécessaires pour le

RkJQdWJsaXNoZXIy NTkwNjU=