VDL_RAPPORT_ANALYTIQUE_03_2022_02_05

209 FR SÉANCE DU LUNDI 2 MAI 2022 échevinal doit veiller à ce que le contenu du guide publié en 2014 soit appliqué. Dans le cadre des discussions budgétaires menées en décembre 2019, l’opposition avait déposé deux motions : l’une appelant à la révision du règlement d’ordre intérieur du conseil communal et l’autre demandant la publication des rapports des commissions consultatives. La commission du contentieux et du règlement a révisé le texte de la motion concernant les rapports des commissions. Dans le nouveau texte, approuvé à l’unanimité lors de la réunion du 20 octobre 2019, le collège échevinal est invité «à examiner la publication des rapports à l’égard du cadre légal applicable» et à faire des propositions au conseil communal en ce qui concerne les modalités et une standardisation du procès-verbal. J’ai été heureux d’apprendre que Madame le bourgmestre a promis de soumettre au conseil communal un point relatif au règlement d’ordre intérieur avant les vacances d’été. Madame le bourgmestre Lydie POLFER : Deux ans se sont en effet écoulés depuis, mais nous savons tous que ces deux années ont été difficiles et que certains retards sont dus, entre autres, à la pandémie. La motion déposée par déi Lénk est rejetée par les voix des groupes DP et CSV. Les représentants des groupes déi Lénk, déi gréng et LSAP ont voté en faveur de la motion. La motion déposée par les groupes déi gréng, LSAP et déi Lénk est transmise à la commission consultative compétente en vue d’une discussion approfondie. X. MOTION : «SÉCURISATION DE L’ESPACE ROUTIER AUX ABORDS DES ÉCOLES PRIMAIRES» (VOTE) Cette motion a été déposée par le groupe déi gréng. Madame Christa BRÖMMEL (déi gréng) : J’avais déposé cette motion dans le cadre des discussions sur l’organisation scolaire 2019. La motion a reçu un avis positif unanime de la part de la commission scolaire. Elle a été discutée dans une version modifiée au sein de la commission de la mobilité urbaine, où il y a eu égalité des voix lors du vote. Le thème de la sécurité sur le chemin de l’école a plusieurs dimensions. Il s’agit d’assurer la sécurité physique des enfants dans le trafic et de promouvoir la mobilité douce de manière à ce que les enfants puissent participer et adopter un comportement de mobilité durable à long terme. Il s’agit également de promouvoir la sécurité comportementale, l’indépendance, afin d’offrir aux enfants la possibilité de se rendre à l’école à pied, en trottinette ou à vélo de la manière la plus autonome possible, adaptée à leur âge. Les enfants ont besoin de bouger. Il s’agit de promouvoir l’activité physique également dans le sens de la santé et du bien-être. La condition préalable et en même temps l’objectif est de réduire les nuisances dues au trafic aux abords des écoles et d’y améliorer la sécurité des piétons et de tous les autres citoyens, ce qui contribue également à une meilleure qualité de vie dans le quartier. La mobilité et la sécurité doivent être pensées au-delà de la rue dans laquelle se trouve l’école respective. C’est pourquoi nous devons saisir l’opportunité de développer des concepts à plus grande échelle. Il nous tient à cœur que, dans le cadre d’un plan de ville pour enfants, les lieux et infrastructures importants pour les enfants et leurs familles dans leur environnement résidentiel et scolaire soient reliés entre eux de manière à ce qu’ils soient accessibles en toute sécurité à pied, en trottinette ou à vélo pour ce groupe cible. Les différentes mesures prises par le Service Circulation ont été discutées au sein de la commission consultative. Des propositions d’amélioration supplémentaires ont été faites au cours de la discussion. Il n’y a pas de personnel illimité disponible pour assurer des mesures telles que la sécurisation des passages piétons ou l’organisation du Pedibus, d’où l’importance de développer les infrastructures de manière à ce que les enfants puissent se déplacer de manière autonome. Les efforts déployés par le collège échevinal pour promouvoir le Pedibus sont absolument à saluer. Toutefois, il ne s’agit que d’une solution partielle, et tous les quartiers ne disposent pas d’un Pedibus. Dans notre motion, le collège échevinal est invité à examiner la situation de la circulation aux abords de tous les bâtiments scolaires, afin d’améliorer la sécurité des enfants qui se rendent à l’école à pied, en trottinette ou à vélo. Un plan de mobilité des enfants devrait être élaboré pour chaque communauté scolaire dans le cadre d’un travail participatif (les enfants accompagnés du personnel enseignant, respectivement des éducatrices et des éducateurs ainsi que des parents). Les mesures de modération de la circulation nécessaires à la mise en œuvre du plan de mobilité des enfants doivent être appliquées aux abords des écoles (écoles publiques et privées, foyers scolaires). Le collège échevinal est en outre appelé à continuer à promouvoir la mobilité douce sur le chemin de l’école, entre autres à l’aide des projets Pedibus et «Mam Velo an d’Schoul ». Un rapport annuel sur les progrès réalisés devrait être soumis aux membres de la commission scolaire. Motion «Le Conseil communal de la Ville de Luxembourg, Considérant le fait que les enfants en bas âge sont les personnes les plus vulnérables dans le trafic ; Vu l’importance pour les enfants de pouvoir, en fonction de leur âge, se rendre en autonomie à l’école ; Vu que les parents d’élèves demandent que leur/s enfants puissent accéder à l’école sans risque ; Vu la nécessité de promouvoir la mobilité douce auprès des enfants et de leurs parents ; Vu la demande des représentant.es de parents de voir le projet «Pédibus» généralisé ; Vu l’opportunité d’améliorer par la même situation de circulation pour l’ensemble des habitant.es d’un quartier ; invite le Collège échevinal • à étudier la situation de la circulation autour de chaque bâtiment scolaire en vue d’augmenter la sécurité des enfants se rendant à leur école, soit à pied soit en trottinette ou en vélo ; • à élaborer pour chaque communauté scolaire un «Kannerverkéiersplang» du quartier où est situé le bâtiment scolaire respectif, et qui doit émaner d’un processus participatif avec les enfants, accompagnés par des pédagogues ; • à réaliser les mesures d’apaisement et de réduction de trafic motorisé nécessaires pour transposer ce «Kannerverkéiersplang» dans l’entourage des bâtiments scolaires ;

RkJQdWJsaXNoZXIy NTkwNjU=