VDL_RAPPORT_ANALYTIQUE_02_2022_22_04

DE SÉANCE DU VENDREDI 22 AVRIL 2022 FR 164 En ce qui concerne l’espace urbain, on a essayé de conserver la verdure dans la mesure du possible. Les trottoirs ont été élargis. En raison des différentes réalités dont il faut tenir compte, il n’est pas possible de satisfaire tout le monde à 100%. Il est vrai que nous devons constamment travailler à améliorer la situation de la circulation dans tous les quartiers de la ville et à réduire le trafic motorisé entre les quartiers. Nous devons proposer des alternatives aux citoyens et faire en sorte que le trafic motorisé diminue malgré la croissance. Monsieur François BENOY (déi gréng) : A l’époque où le conseil communal avait été saisi du projet initial concernant la rue Gellé, déi gréng ont exprimé le souhait de lancer une participation citoyenne et de faire une revalorisation urbanistique. Lors des réunions citoyennes, où je suis présent en tant que membre du conseil communal, j’écoute et je renonce plutôt à m’exprimer. Au sein du conseil communal, je me suis prononcé clairement en faveur d’une participation citoyenne pour le projet de la rue Gellé, comme je l’ai déjà fait pour d’autres projets. Je ne nie pas que la Ville fasse déjà beaucoup, mais je pense que nous sommes arrivés à un point où il est important d’associer les citoyens avant même le début de l’élaboration d’un projet et de les informer à l’avance des contraintes qui se posent ainsi que des solutions possibles, afin que nous puissions peut-être obtenir d’autres résultats. Madame le bourgmestre a déclaré qu’aucune autre commune du pays ne propose autant de participation citoyenne que la Ville de Luxembourg. La Ville joue peut-être en partie un rôle de pionnier dans ce domaine, mais il convient de noter que la commune de Dudelange a introduit un conseil des citoyens («Biergerrot »). Il est important que la Ville de Luxembourg continue à développer la participation citoyenne et de l’organiser encore mieux. Madame le bourgmestre Lydie POLFER : L’attitude de Monsieur le conseiller Benoy consistant à s’abstenir de tout commentaire lors d’une réunion de citoyens est correcte. Les participations citoyennes ont lieu pour recueillir les opinions et les souhaits des citoyens. Ces avis et demandes sont très souvent très différents, voire opposés les uns aux autres. C’est ce qui s’est passé pour le projet de la rue Gellé. Le conseil communal est le lieu où les élus ont ensuite l’occasion d’exprimer leur opinion. On peut trouver bon, moins bon ou pas bon le résultat d’une participation citoyenne. La mise en place d’un conseil des citoyens a l’inconvénient d’avoir une composition fixe de membres. La Ville de Luxembourg compte environ 128.000 habitants. Les sensibilités ne sont pas forcément les mêmes dans les différents quartiers de la ville. C’est pourquoi il nous semble plus judicieux de nous asseoir autour d’une table avec les citoyens, quartier par quartier. Madame Ana CORREIA DA VEIGA (déi Lénk) : Le personnel enseignant, le personnel des foyers scolaires et les élèves de l’école Gellé ont-ils été associés aux discussions? Madame le bourgmestre Lydie POLFER : Tout le monde a reçu une invitation. Le projet de réaménagement de la rue Jean-Baptiste Gellé est approuvé, les groupes déi gréng, LSAP et déi Lénk votant contre. assemblée, d’autres personnes étaient à nouveau présentes et que les propositions faites lors de la première et de la deuxième assemblée ont été réduites en miettes et malmenées par ces personnes. Cette situation n’a pas non plus été facile pour nos fonctionnaires. Ils ont fait de leur mieux pour tenir compte de toutes les demandes et propositions, pour autant qu’elles soient techniquement réalisables, mais aussi des circonstances (école, cafés, restaurants, arrêt de bus, accès aux garages) et pour parvenir à la fois à une modération du trafic et à une modernisation. En ce qui concerne le trafic de transit, il s’agit d’un trafic interne au quartier. La rue Gellé est une voie de communication importante. Pour autant que je me souvienne, il n’y a jamais eu autant de points de vue contradictoires sur un projet, tant au niveau des réunions de participation citoyenne qu’au niveau de la commission consultative. Nous avons suivi la voie de la raison. Le projet actuel prévoit à la fois une modération du trafic (zone 30) et des «gendarmes couchés», qui seront plus élevés qu’à Cessange. Une mini-zone de loisirs pour enfants sera aménagée à proximité de l’arrêt de bus afin que les enfants puissent y jouer lorsqu’ils attendent avec leurs parents. Il ne s’agit pas d’une aire de jeux au sens propre du terme. Tout cela figure dans le rapport. J’appelle donc l’opposition à rester constructive et objective. Le revêtement de la rue Gellé sera renouvelé. Comme vous le savez, nous voulons obtenir une uniformité dans l’aspect de nos rues en posant des dalles claires en grès de Luxembourg. Avec l’itinéraire cyclable Rocade - Rue Jules Fischer, les cyclistes trouvent également leur place dans l’espace urbain. La piste cyclable passe par la rue Gellé. Tous les détails ont été discutés par notre service et lors des réunions de participation citoyenne. Les personnes frustrées sont celles qui n’ont pas pu s’exprimer parce que d’autres personnes ont revendiqué le monopole de la discussion lors d’une réunion ultérieure. Nos services ont fait de leur mieux. Je demande au conseil communal de soutenir le présent projet dans l’intérêt des habitants du quartier. Monsieur l’échevin Patrick GOLDSCHMIDT : J’essayerai de répondre calmement et objectivement aux questions et aux déclarations en rapport avec le thème de la mobilité. Il convient tout d’abord de préciser que la rue Gellé n’est pas une rue collectrice. La grande majorité du trafic est liée au quartier. La rue Gellé est classée zone 30, une mesure prise dans le but d’apaiser la circulation. Si elle était classée zone 20, elle serait aménagée de manière à ce que tous les usagers se déplacent au même niveau et des emplacements de stationnement devraient être supprimés - dans une rue où se trouvent des commerces. Nous n’avons pas une grande liberté de conception dans ce projet, qui concerne principalement des travaux d’infrastructure. Néanmoins, nous avons essayé de dialoguer avec les citoyens afin d’obtenir le meilleur résultat possible. Le Service Hygiène doit pouvoir y faire passer ses camions, la rue doit être accessible aux livraisons et aux bus scolaires, et les habitants doivent pouvoir accéder à leur garage. Ce sont des réalités dont il faut tenir compte. Monsieur le conseiller Benoy a déclaré que peu de parents amènent leurs enfants à l’école en voiture. Ce n’est malheureusement pas le cas. Votre collègue ministre verte, qui y habite, a écrit au collège échevinal pour demander l’installation de bornes, car les parents qui amènent ou viennent chercher leurs enfants encombrent les emplacements de stationnement. Il va de soi que nous travaillons à l’amélioration de la situation, notamment par le projet Pedibus et des campagnes de sensibilisation. Chacun peut et devrait y contribuer en renonçant à sa voiture de temps en temps.

RkJQdWJsaXNoZXIy NTkwNjU=