VDL_RAPPORT_ANALYTIQUE_02_2022_22_04

161 FR SÉANCE DU VENDREDI 22 AVRIL 2022 légèrement plus larges. Il y aura également une légère amélioration du mobilier urbain. L’opportunité d’obtenir une plus grande sécurité routière n’est toutefois pas saisie. Au sein de la commission, la majorité a argumenté que cela nécessitait une déviation de la circulation. En outre, il a été souligné que les parents emmèneraient leurs enfants à l’école en voiture. Comme je passe tous les matins par la rue Gellé, je peux dire que la très grande majorité des parents amènent leurs enfants à l’école sans voiture. L’argument avancé par la majorité ne tient donc pas la route et ne justifie pas qu’aucune mesure de modération de la circulation ne soit prise ici. L’arrêt de bus prévu dans le projet pourrait très bien être déplacé à un autre endroit, par exemple à la rue Pierre Krier. Au sein de la commission, j’avais lancé un appel à la majorité DP-CSV pour qu’elle saisisse la chance unique qui lui est offerte ici. Les documents dont nous disposons montrent que l’occasion n’a pas été saisie d’organiser le trafic différemment et d’intégrer des filtres modaux. Il aurait alors été possible de créer une zone de rencontre et la rue cyclable aurait mérité son nom. Le fait qu’un passage pour piétons disparaisse contribue même à une détérioration de la situation. Et je constate que la surface imperméable augmente. Le gris devient brun, mais il n’y aura pas plus de vert. Étant donné qu’il y a des cafés et des restaurants dans la rue Gellé, on aurait pu profiter de l’occasion pour agrandir les terrasses. Au croisement des rues Gellé, Feller et d’Huart se trouve un café. Là aussi, le trottoir aurait pu être élargi. Quelles mesures seront prises pour dévier les cyclistes pendant les travaux ? Je n’ai pas reçu de réponse à cette question. Le projet actuel ne présente que des améliorations minimes par rapport au projet initial et suscite des frustrations chez de nombreux citoyens qui s’étaient impliqués. Deux millions d’euros sont investis pour n’obtenir que des améliorations minimes, ce qui montre que l’argent du contribuable n’est pas utilisé sérieusement. déi gréng regrettent que la majorité ne fasse pas preuve de plus de courage politique. Les citoyens sont prêts pour des nouveautés, le collège échevinal ne l’est pas. Nous ne pouvons pas soutenir le projet actuel. Monsieur Gabriel BOISANTE (LSAP) : Je ne peux que me rallier aux propos de Monsieur le conseiller Benoy. Le projet actuel crée des frustrations. Ceux qui habitent le quartier de Bonnevoie et qui passent par la rue Gellé doivent malheureusement constater qu’il n’y a pas beaucoup de changements par rapport au projet initial : pas de véritable rue cyclable, des trottoirs un peu plus larges, quelques arbres en plus. La création d’une aire de jeux était-elle nécessaire ou n’a-t-elle qu’une fonction d’alibi ? Quelle stratégie se cache derrière le projet ? On ne voit pas de stratégie allant dans le sens d’une mobilité sûre et d’une cohabitation des différents usagers de la route. Les citoyens étaient très motivés pour s’impliquer dans l’élaboration du projet. Trois réunions de participation citoyenne ont eu lieu. En tant qu’habitant de Bonnevoie, j’ai participé à deux de ces réunions. De nombreuses propositions ont été faites. J’ai également été contacté par de nombreux habitants qui se disent très déçus par le projet présenté. Nous lisons dans les rapports que l’on a fait de son mieux et que l’on a écouté les préoccupations et les souhaits des citoyens. Cela ne suffit pas : ce sont les résultats qui comptent, et ces résultats sont décevants. Les citoyens qui ont participé aux réunions publiques, y compris les architectes et les urbanistes qui ont fait des propositions concrètes, sont déçus. L’occasion d’élaborer un projet modèle pour la rue Gellé a été manquée. Notre groupe ne pourra pas soutenir le présent projet. Monsieur Mathis PROST (DP) : L’opposition n’a pas lésiné sur les critiques. Plusieurs critiques ont été formulées à juste titre. Dans la rue Gellé, il y aura un peu moins de verdure qu’auparavant en raison du réaménagement. Les critiques Service Éclairage public –– Remplacement partiel du câblage de l’éclairage public et des lampadaires ; –– Pose d’un éclairage spécifique visant à augmenter la visibilité des piétons aux passages piétons. Service Technologie de l’Information et de la Communication – TIC –– Déploiement et /ou renforcement du réseau de fibre optique de la Ville Service Circulation –– Déplacement des feux tricolores au croisement rue Pierre Krier /rue Jean-Baptiste Gellé Acteurs externes Post Luxembourg –– Renforcement partiel de son réseau Le projet coordonné s’inscrit dans le programme pluriannuel établi annuellement par le Service Coordination des chantiers. Le Service Voirie assurera la coordination du projet et des travaux. Un crédit supplémentaire de 522.500 € est à voter aux articles respectifs des services concernés du budget extraordinaire pour l’exercice 2022. Monsieur François BENOY (déi gréng) : Le conseil communal avait déjà été saisi du projet relatif au réaménagement de la rue Gellé lors de sa séance du 6 mai 2019. Le projet de l’époque prévoyait de laisser l’aménagement de la rue pratiquement inchangé. Sous la pression de déi gréng et des citoyens, le projet a été revu. La volonté du collège échevinal de le faire est à saluer. Or, le projet qui est maintenant sur la table est décevant. De nombreuses personnes avec lesquelles j’ai discuté se disent déçues par le fait que, malgré les nombreuses réunions et leur engagement, on se retrouve avec un projet sans grande valeur ajoutée. L’aménagement de la rue reste pratiquement inchangé, à la seule différence que le gris deviendra brun, le tout pour un coût de 2 millions d’euros. L’occasion d’obtenir une meilleure qualité de vie, plus de verdure et une meilleure mobilité a été manquée. La question de la mobilité a été complètement laissée de côté. Le déroulement de la réunion de la commission, au cours de laquelle le projet a été présenté dans ses aspects techniques, a été symptomatique à cet égard. Toutes les questions et propositions que j’ai formulées sur la mobilité ont été balayées d’un revers de main en expliquant qu’il s’agissait de questions de mobilité. Il a simplement été indiqué qu’il s’agissait d’une route collectrice et que cela devait rester ainsi. Cela témoigne d’une forte pensée en silo, au lieu de planifier un projet d’un seul jet, dans lequel la mobilité, l’urbanisme et plus de verdure dans l’espace routier sont planifiés ensemble. Dans la rue Gellé se trouve une école. déi gréng demandent que l’on essaie avant tout d’éliminer le trafic de transit pour atteindre une plus grande sécurité routière - et ce d’autant plus que la rue Gellé a récemment été déclarée rue cyclable. Dans une rue cyclable, des mesures doivent être prises pour éliminer le trafic de transit automobile, afin que les cyclistes puissent y circuler en toute sécurité. Le projet actuel n’en tient pas compte. Par rapport au projet initial, on ne constate que quelques améliorations qui ne contribuent pas à résoudre le problème. Le carrefour sera surélevé, ce qui, espérons-le, contribuera à ralentir légèrement le trafic. Les trottoirs du côté ouest seront

RkJQdWJsaXNoZXIy NTkwNjU=