VDL_RAPPORT_ANALYTIQUE_02_2022_22_04

DE SÉANCE DU VENDREDI 22 AVRIL 2022 FR 158 3) Construction de 5 maisons unifamiliales aux abords de la rue de Laroche à Weimerskirch Le conseil communal est appelé à se prononcer sur le projet définitif au coût de 4.568.266,00 € portant sur la construction de 5 maisons unifamiliales aux abords de la rue de Laroche à Luxembourg-Weimerskirch. Le projet a été élaboré par le bureau Jean Petit Architectes. La construction des maisons se fera sur un terrain présentant une forte pente et une situation topographique particulière comprenant un important mur de soutènement en pierres. Les maisons seront accessibles depuis la rue de Laroche par un chemin carrossable existant. 4 maisons unifamiliales auront une surface habitable de 140 m2 et disposeront de 4 chambres à coucher, d’une salle de bains, d’une salle de douche, d’un garage et d’un jardin privatif. La 5e maison, d’une surface habitable de 120 m2, disposera de 3 chambres à coucher, d’une salle de bains, d’une salle de douche, d’un garage et d’un jardin privatif. Les travaux devraient commencer en février 2023 et s’achever en juin 2024. Le projet sera à charge du budget extraordinaire des exercices 2022 et suivants. Le crédit prévu de 50.000 € pour l’exercice 2022 est à majorer de 105.000 € (vote d’un crédit supplémentaire). Madame le bourgmestre Lydie POLFER : Je propose au conseil communal de traiter ensemble le projet relatif à la construction de 5 maisons individuelles et le projet relatif à la construction d’une résidence de 3 logements sociaux dans le secteur de la rue de Laroche à Weimerskirch. 4) Projet définitif détaillé relatif à la construction d’une résidence à 3 logements sociaux aux abords de la rue de Laroche à Luxembourg-Weimerskirch Le conseil communal est appelé à se prononcer sur le projet définitif au coût de 2.729.780 € portant sur la construction de 3 appartements aux abords de la rue de Laroche à Luxembourg-Weimerskirch. Le projet a été élaboré par le bureau Jean Petit Architectes. Les appartements feront partie du parc locatif géré par le Service Logement de la Ville. La construction se fera sur un terrain présentant une forte pente et une situation topographique particulière comprenant un important mur de soutènement en pierres le long de la rue de Laroche. Chaque appartement comprend 3 chambres à coucher, une salle de bains et un WC séparé. Le projet prévoit un espace vert commun ainsi qu’un espace vert privatif pour chaque appartement, l’appartement du rez-de-chaussée disposant d’une terrasse. Le sous-sol comprend 3 emplacements pour voitures, des emplacements pour vélos, des caves privatives, un local poussettes, un local poubelles, des locaux techniques et l’ascenseur. Les travaux devraient commencer en février 2023 et s’achever en juillet 2024. Les coûts seront imputés au budget extraordinaire des exercices 2022 et suivants. Le crédit prévu de 50.000 € pour l’exercice 2022 est à majorer de 65.000 € (vote d’un crédit supplémentaire). Monsieur Claude RADOUX (DP) : Les deux projets nous ont été présentés en commission consultative. Le terrain est situé dans un endroit magnifique et ensoleillé. La construction Le projet prévoit l’aménagement d’un amphithéâtre dans la cour d’école. La cantine au sous-sol sera construite de manière à laisser entrer beaucoup de lumière naturelle. Le groupe déi Lénk regrette toutefois que l’on ait eu recours à un revêtement de sol en granulés de caoutchouc pour l’aménagement de la surface de jeu. Pourquoi ne pas simplement recouvrir l’aire de jeu de paillis d’écorce? Le paillis d’écorce est un matériau de revêtement de sol naturel et écologique que l’on peut se procurer localement. Il faut saluer le fait que le Service Enseignement et le Service Foyers scolaires seront logés ensemble dans le bâtiment rénové. Nous espérons que cela permettra de développer une collaboration plus étroite. Etant donné que dans les bâtiments scolaires du Limpertsberg, l’école et le foyer scolaire fonctionnent sous le même toit, ce quartier se prêterait à la mise en œuvre d’un projet pilote d’école à journée continue. Un tel projet pilote a-t-il été envisagé? Madame le bourgmestre Lydie POLFER : Le bâtiment sis 48, rue Henri VII est non seulement un bâtiment très caractéristique, mais il est également classé monument national. Il est bien connu que les travaux de rénovation dans les bâtiments anciens existants sont coûteux. Les ingénieurs et les architectes ont fait de leur mieux pour obtenir la meilleure classe d’efficacité énergétique possible. L’école de la rue Henri VII a toujours disposé d’un logement de concierge. Le projet prévoit l’aménagement d’un logement de concierge au dernier étage. La présence d’un concierge dans un bâtiment de cette taille est absolument nécessaire. Il y a deux ans, nous avons revu l’organisation en ce qui concerne la présence de concierges dans nos centres culturels et nos écoles, afin de prévoir deux postes de concierge par bâtiment. Car les concierges ont également besoin de leur temps libre. Le logement du concierge est occupé par un seul des concierges. Les locaux de la halle Victor Hugo sont à la disposition des associations locales. Mais je peux m’imaginer aisément que la salle de conférence prévue dans l’école puisse également être utilisée par des associations pour l’organisation de conférences ou de réunions. Pendant les travaux de rénovation, la cour d’école sera utilisée comme dépôt de chantier, de sorte que l’aménagement de la cour d’école ne pourra pas se faire en même temps. Comme pour le projet de l’école Rue Aloyse Kayser, les élèves seront associés afin de nous soumettre leurs suggestions pour l’aménagement de la cour d’école. Ces suggestions seront prises en compte dans la mesure où elles sont réalisables et conformes aux exigences de sécurité. Le revêtement de sol prévu pour la surface de jeu sera bien entendu tel qu’il ne soit pas nocif à la santé des enfants. L’appel d’offres comportera des exigences en ce sens. Le personnel enseignant relève de la compétence du ministère de l’Éducation nationale, tandis que le personnel des foyers scolaires relève de la compétence des communes. Un projet pilote d’école à journée continue avait été lancé dans le bâtiment scolaire «Tramsschapp». Comme les horaires de travail du personnel enseignant et du personnel des foyers scolaires sont différents, il s’avère difficile d’adapter les différents horaires les uns aux autres. Dans les faits, l’école à journée continue fonctionne déjà, puisqu’une prise en charge des enfants est assurée du matin au soir. Le défi est que les deux parties devraient se montrer plus flexibles. Je suis sûre que nous aurons plus d’une fois l’occasion de revenir à cette question. Le projet est approuvé à l’unanimité.

RkJQdWJsaXNoZXIy NTkwNjU=