VDL_RAPPORT_ANALYTIQUE_01_2022_31_01

DE SÉANCE DU LUNDI 31 JANVIER 2022 FR 24 les piétons afin qu’ils puissent utiliser le trottoir de l’autre côté de la rue. Nos services ont reçu la consigne de fermer le moins possible les trottoirs lors des chantiers et de laisser le plus d’espace possible aux piétons. Les règlements temporaires portant le numéro 63e/2022/3-4-0001 sont approuvés avec l’abstention des représentants du LSAP. Tous les autres règlements sont approuvés à l’unanimité. III. CONVENTIONS 1) La Ville vend à l’État un terrain (4 ares) situé rue de Neudorf. Prix : 2.800€. But : agrandissement d’un local technique du tunnel de Cents (OA 1162). 2) La société CENARO 58 STRASBOURG s.à r.l. cède gratuitement à la Ville une bande de terrain («place voirie») (16 centiares) située rue de Strasbourg (n° 58). But : régularisation de la situation foncière. 3) La Ville achète à un couple la moitié indivise d’un terrain (2,61 ares) au lieu-dit « In Dumericht ». Prix : 147.500€. But : réalisation de projets d’intérêt public. 4) Une habitante cède gratuitement à la Ville une bande de terrain («place voirie») (32 centimètres) dans la rue des Aubépines. But : régularisation de la situation foncière. Ces conventions sont approuvées à l’unanimité. IV. URBANISME 1) PAP NQ «Dernier Sol CH» à Bonnevoie La Ville est saisie du PAP NQ «Dernier Sol CH», élaboré par le bureau d’architectes «UMA Architectes s.à r.l. », agissant au nom et pour compte de la société «Bro Invest S.A. », portant sur des terrains (19,80 ares) situés à l’intérieur de l’îlot formé par la route de Thionville et le Dernier Sol. Dans le PAG de la Ville, ces terrains sont situés en «zone mixte urbaine [MIX-u] », superposée d’une «zone soumise à un plan d’aménagement particulier ‘nouveau quartier’ » (COS : 0,60 ; CUS : 1,85 ; CSS : 1,00 ; DL : 200). Le projet prévoit un seul lot destiné à la construction de quelques 3.670 m² de surface construite brute au total. Une surface d’environ 280 m², correspondant à environ 14% de la surface brute du PAP NQ, est cédée gratuitement à la Ville. Il en résulte un terrain net constructible d’environ 1.700 m². Le projet se prête particulièrement bien à la création de différents types et tailles de logements. La part minimale de la surface construite brute à réserver à l’habitation ne peut être inférieure à 50%. Des activités d’artisanat et de commerce, des activités de loisirs, des services administratifs ou professionnels sont également admises. Aucune objection n’a été introduite contre le projet. L’Inspection sanitaire a émis un avis favorable. Afin de tenir compte en partie des remarques formulées dans l’avis de la Cellule d’évaluation, le Service Urbanisme propose quelques adaptations et précisions aux parties écrite et graphique du projet. Le projet s’inscrit dans la conception de la Ville pour le développement du quartier de Bonnevoie. Madame le bourgmestre Lydie POLFER : Une première partie du PAP «Dernier Sol » a déjà été approuvée par le conseil communal en avril 2019. A l’époque, un propriétaire avait refusé que ses parcelles soient intégrées dans le PAP. Il est désormais prêt à mettre ses parcelles à disposition en vue d’une construction. Monsieur François BENOY (déi gréng) : Le PAP «Dernier Sol » est réalisé comme le prévoient les dispositions urbanistiques de la Ville. Nous estimons toutefois que cela ne suffit pas, car il aurait été possible d’être plus ambitieux. Le nombre d’emplacements de stationnement – un emplacement par appartement – est trop élevé, non seulement en raison de la proximité immédiate d’un arrêt de tramway et de la Gare centrale, mais aussi dans le contexte actuel de la problématique des déchets inertes et de la nécessité d’économiser les ressources. Si le projet prévoit trop de places de stationnement pour les voitures, il n’en prévoit pas assez pour les vélos : dans les caves des immeubles, un seul emplacement pour vélos est prévu par logement. D’un point de vue urbanistique, cela n’est pas adapté à la situation actuelle, et je tiens à souligner une fois de plus que les dispositions de la Ville en la matière doivent être modifiées. Pour ce projet, on pourrait imaginer que 0,8 emplacement par appartement soit autorisé. D’ailleurs, la Cellule d’évaluation partage les remarques formulées par déi gréng. Ce projet va au bout de ce qui est autorisé et ne met pas assez l’accent sur la création de zones vertes et de lieux de rencontre. Il met en évidence les points faibles de la démarche urbanistique de la Ville. Des améliorations s’imposent d’urgence, car cette approche n’encourage pas le type de mobilité dont nous avons besoin et ne répond pas de manière adéquate à la crise climatique. Le groupe déi gréng s’abstiendra lors du vote. Madame Cathy FAYOT (LSAP) : Le nombre d’emplacements de stationnement a été abordé au sein de la commission consultative. Dans ce contexte, il serait intéressant de savoir quelle sera la taille des différents logements. Madame Héloïse BOCK (DP) : Il faut se réjouir que le projet «Dernier Sol » soit maintenant mis en œuvre et qu’une surface d’environ 20 ares, qui ne faisait pas partie du projet initial, puisse être intégrée. On peut supposer que les futurs habitants s’attendent à pouvoir disposer d’un emplacement de stationnement par appartement, et je ne vois pas qui pourrait décider qu’ils n’auraient pas droit à un emplacement. Personnellement, je suis également d’avis qu’il faut porter un regard critique sur le thème des emplacements de stationnement en général, mais il est probable qu’à l’avenir, le nombre d’emplacements sera surtout réduit en surface, afin de laisser plus de place, par exemple, à l’aménagement de pistes cyclables. On ne peut toutefois pas s’attendre à ce que les citoyens achètent un appartement sans emplacement de stationnement. Dans le cadre du présent PAP, la taille des futurs appartements n’est pas encore définie. Cela a été souligné en commission. La clé de répartition des emplacements de stationnement - qui n’est d’ailleurs pas entièrement utilisée, car 1,2 emplacements de stationnement par appartement seraient possibles - me semble appropriée. Madame Ana CORREIA DA VEIGA (déi Lénk) : Dans le PAG de la Ville, les terrains concernés sont situés dans une «zone mixte urbaine». Au moins 50% (2.000 m2) doivent être réservés à la construction de logements. Toutefois, 1.670 mètres carrés sont prévus pour des bureaux. La part de logements à coût modéré sera de 10% de la surface réservée aux logements. La Ville va-t-elle acquérir ces logements, comme elle l’a fait pour d’autres plans d’aménagement particuliers?

RkJQdWJsaXNoZXIy NTkwNjU=